12 mars 2019 / Évènement

Dragon Ball Super : Broly au cinéma le 13 mars

Dragon Ball Super : Broly au cinéma le 13 mars
© planetebd.com 2019

Attendu par les fans du monde entier depuis le dernier opus en 2015, le nouveau film Dragon Ball Super : Broly sort en salle le 13 mars en France.

Ce long métrage d’1h40 est particulier à plus d’un titre. Tout d’abord car Akira Toriyama y reprend l’histoire de Broly, célèbre antagoniste de 3 des films de DBZ sortis en 1993 et 1994, pour l’officialiser dans la trame narrative de la série alors qu’il n’était jusque-là qu’un personnage de films « dérivés » aux scénarios écrits par les équipes de production. Il en profite en passant pour revoir l’histoire de Baddack, le père de Goku, et aussi pour officialiser tout autant la fusion de Goku et Vegeta en Gogeta. Bref, de ce point de vue, les fans seront séduits.
Ensuite, le niveau technique du film est le plus élevé jamais vu sur la licence, avec des scènes de combats hyper bien animées, des mises en scène originales (vue subjective, caméra tournante...) et des effets de lumière travaillés. Là encore, il y a de quoi faire plaisir aux amateurs.

Mais pour autant, le film est loin d’être parfait : réécrire l’histoire de Broly, pourquoi pas, mais au final cela manque un peu de nouveauté. Et le manque d’équilibre dans le déroulement du scénario pourra en gêner plus d’un : si la première partie du film présente les personnages et raconte leur histoire, s’avérant assez intéressante à suivre malgré un petit manque d’action, la suite n’est par contre qu’un enchaînement ininterrompu de combats. Et après toute une seconde moitié du film comme cela, on a beau apprécier les performances visuelles, on attrape tout de même facilement mal au crâne...

En résumé, c’est le plus beau des films de la licence produit jusqu’ici, et le scénario reste intéressant malgré une sensation de facilité scénaristique à simplement réécrire l’histoire de Broly, mais il faudra passer outre le manque d’équilibre, et de préférence aimer les combats interminables. A bon entendeur...