14 novembre 2017 / Adaptation

JUSTICE LEAGUE - notre avis sur le film

JUSTICE LEAGUE - notre avis sur le film
© planetebd.com 2018

Les fans de DC Comics auront longtemps attendu avant de voir un film estampillé Justice League débarquer sur grand écran. En 2013, le long-métrage Man of Steel réalisé par Zack Snyder reçoit un bon accueil public et critique. Chez Warner (propriétaire de DC Comics), la logique est alors de confier au réalisateur la suite de leur univers cinématographique. Souhaitant capitaliser sur le succès de Man of Steel et la popularité du Batman de Christopher Nolan, un film Batman v Superman a été imaginé. Si le bilan est contrasté, entre des retours critiques sévères, des errements de production et autres soucis internes, le film fonctionne plutôt bien mais voit les producteurs réfléchir à une nouvelle manière de concevoir leur univers dérivé des comics.

Toujours aussi flou en terme de cohérence et de stratégie d'adaptation, Warner lance le film Suicide Squad dans des conditions difficiles. Entre les envies du réalisateur et celles du studio, le long-métrage souffre d'un traitement bancal et le succès récent de Deadpool (personnage Marvel mais production de la Fox) incite Warner à accentuer le caractère sombre et violent du film. Là encore, les retours ne sont pas unanimes. Heureusement, l'adaptation de Wonder Woman redonne du baume au cœur des fans. Si le film n'est pas parfait, il reste cependant agréable et installe l'actrice Gal Gadot de façon crédible.

Parti d'une vision intimiste et d'une réflexion autour des surhommes, puis optant pour le fameux Rated-R pour l'abandonner, le cap de DC/Warner n'est pas franchement très stable et à la vision de la première bande annonce de Justice League, l'humour se faisait très présent, là où il était plus discret auparavant. Les studios auraient-ils abandonné leurs velléités pour se calquer sur la recette à succès de son concurrent Marvel ?

Les amoureux de cinéma qui ont suivis la préparation du film pourront vous dire qu'en plus d'hésitations permanentes des studios, le long-métrage s'est heurté à des épreuves aussi imprévues que dommageables, comme le départ du réalisateur Zack Snyder (pour des raisons familiales et éminemment compréhensibles) et l'arrivée de Joss Whedon pour finaliser l'ensemble çà coups de reshoots.

Bancal. C'est le mot qui nous vient à l'esprit à la sortie de la salle après avoir vu les deux heures de Justice League. Si le début nous laisse entrevoir une narration maîtrisée avec un enchaînement des personnages classiques et efficaces, cela s'étiole petit à petit. Le ton plus sérieux propre aux longs-métrages adaptés est là et reste assez agréable. Le souci vient plutôt des tentatives d'humour qui ne fonctionnent qu'à de très rares occasions. L'interprétation d'Ezra Miller, qui joue le rôle du bolide Flash, va d'ailleurs dans ce sens tant ses idioties ne le rendent ni attachant ni drôle. Le héros en ressort presque comme pas à sa place dans l'équipe. À contrario de Wonder Woman, toujours parfaite et bien campée par Gal Gadot. Ben Affleck assure le minimum niveau jeu en tant que Batman fatigué et porté sur l'alcool. Ray Fisher est assez bon, malgré un réel souci de finition dans son "costume" de Cyborg. Jason Momoa, quant à lui, surprend plutôt positivement. Les fans du DC Universe se régaleront des apparitions ultra-courtes de Mera (par Amber Heard) ou de Loïs Lane (Amy Adams). On notera aussi le pauvre Jeremy Irons qui ne semble pas très à son aise. Malgré des investissements plus ou moins important de chaque actrice ou acteur, le film se suit sans mal, même s'il ne creuse pas autant que souhaité ce côté "équipe de justiciers".

Scénario assez basique donc, mais qu'en est-il des effets spéciaux et de la réalisation ? Là encore, le spectateur aura le cul entre deux chaises avec certaines séquences très bien faites, parfaitement cadrées, jolies ou spectaculaires selon. Le souci principal est qu'avec un budget quasiment deux fois supérieur à une production du même genre (Thor Ragnarok pour l'exemple), les effets spéciaux sont trop souvent mauvais. Cyborg a du mal à exister totalement dans l'esprit avec une apparence bien trop informatisée. Certaines scènes font même un peu cheap. Un comble pour une superproduction sensée imposer l'univers DC au cinéma.

Le bilan pourrait paraître très négatif à la lecture des précédentes lignes. Pourtant, même si le film cultive les errements, celui-ci se montre bien mieux fichu que Batman v Superman en terme d'écriture (même si ce n'est pas la panacée non plus) et le montage est bien supérieur à celui de Suicide Squad (notamment dans la présentation des personnages), même si ce dernier a été réalisé en un temps record et un budget bien plus faible que Justice League. Pas franchement génial, pas non plus mauvais, le film alterne le bon et le très moyen avec une trop régularité pour emballer tous les fans de récits du genre. Entre envie de bien faire et envie de coller au marché du grand public, Justice League a du mal à choisir et manque clairement de personnalité. Distrayant et oubliable. Il y avait tellement mieux à faire... Une question ressort inexorablement à la vision des derniers films DC Comics/ Warner : Y a t-il un pilote dans l'avion ?

Note : 10/20

Mickaël Géreaume