parution 13 septembre 2019  éditeur Ankama  Public ado / adulte  Thème Fantastique - Etrange, Horreur, Thriller

Maudit sois-tu

Zaroff

Quand la Police retrouve un cadavre dans les égouts de Londres, elle est loin de pouvoir imaginer la terrible vengeance que Zaroff, un oligarque russe, s'apprête à commettre. Début époustouflant d'une série hommage à la littérature et au cinéma.


Maudit sois-tu : Zaroff (0), bd chez Ankama de Pelaez, Puerta
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Ankama édition 2019

L'histoire :

Tu ne tueras point, ou du moins... pas tout de suite ! Laisse ta proie s'épuiser. Laisse-lui respirer l'odeur âcre de la peur qui suinte par les pores de sa peau ruisselante... Car l'homme sait. L'animal n'a pas conscience de sa propre mort, contrairement à l'homme. Celui qui court et te tourne le dos, mais tu l'imagines hagard. Il te fuit et tu le devines terrorisé, car il sait... Il sait qu'il est maudit ! Dans l’œil de la bête, il y a l'innocence. Mais le regard de l'homme devenu proie révèle cette vérité : « Je suis moribond ». Si l'animal meurt, l'homme, lui, périt. Nul n'y échappe... Ce monologue, les policiers qui entourent le cadavre d'un homme trouvé dans les égouts de Londres n'ont pas pu l'entendre. Pas plus que la victime assassinée. Le légiste est formel : le gars s'est fait dégommer par une flèche ou un carreau d'arbalète, avec une pointe articulée à deux ou trois têtes. L'impact se situe dans la gorge, ce qui signifie que l'homme était en train d'escalader ou descendre les barreaux qui se situent juste derrière lui. C'est en se retournant qu'il a reçu le projectile mortel. Les dégâts à l'arrière du crâne, vu les replis de la peau sur la nuque, prouvent qu'on a retiré la pointe assassine. Alors de deux choses l'une : ou le tueur a eu un sacré coup de veine, ou il est sacrément fort. Mais un tel « coup de maître involontaire », pour un archer ou un arbalétrier, c'est rare, très rare, donc tout à fait improbable...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Philippe Pelaez est prof' d'anglais et de cinéma. Si sa carrière de scénariste est assez récente (2013), il se distingue par la quantité impressionnante d'albums qu'il a écrits ; et cette série devrait asseoir sa réputation, tant son premier volume cumule les qualités. En effet, le lecteur sera happé dès la première scène, en comprenant tout aussi vite qu'il va être plongé dans une histoire aux ramifications profondes, car ancrées sur plusieurs siècles, dans le contexte d'un polar fantastique. L'auteur réinterprète ici le personnage de Zaroff, en lui donnant une nouvelle vie, contemporaine, mais dans le respect de l’œuvre originale. Sous la plume de Philippe Pelaez, Zaroff est devenu un oligarque russe, beau comme un dieu et à l'âme sombre comme celle du diable, instigateur d'une chasse à l'homme des plus cruelles. Il n'a qu'un seul but : se venger des héritiers de ceux qui sont responsables d'une malédiction qui pèse sur sa famille depuis 170 ans. C'est ainsi qu'on devient témoin du piège qui se referme inexorablement sur ses proies. Le scénariste propose un récit limpide, dont la tension s'installe immédiatement et qui distille les éléments clés dans un équilibre parfait entre mystères et révélations. Action et suspens sont au rendez-vous, quand la psychologie des personnages bétonne le tout. Cette histoire, qui révèle de grandes richesses tant elle est référencée à la littérature et au cinéma, trouve son écrin dans les dessins somptueux de Carlos Puerta. Le maître espagnol retranscrit, dans son style inimitable et reconnaissable à la première vignette, toute la folie de Zaroff et de son acolyte, l'immonde Docteur Moreau, ainsi que la panoplie des épouvantables émotions qui étreignent les victimes de ce binôme vengeur. Si les décors, les jeux d'ombres et de lumières contribuent à planter une ambiance suffocante, ce sont les portraits des personnages qui marquent une nouvelle fois les esprits car ils véhiculent la frayeur qui s'empare d'eux. On a rarement vu la folie aussi bien exprimée dans le regard d'hommes et de femmes en proie à la fureur ou la terreur. Carlos Puerta a la magie de ces travailleurs acharnés, qui vous donnent l'impression que tout est naturel. Dans ses dessins, c'est l'essence même de la vie et de la mort qu'il réussit à capturer. Une nouvelle fois, il réalise un véritable tour de force au service du récit. Alors voilà, ce tome un lance la trilogie de façon parfaite. On attend déjà la suite de ce puzzle, puisque la série s'appuie sur une narration à rebours, chaque volume faisant écho au précédent. Une malédiction pour Zaroff, mais une bénédiction pour le lecteur !

voir la fiche officielle ISBN 9791033509783