parution 04 avril 2012  éditeur Bamboo  collection Grand angle
 Public ado / adulte  Thème Historique

Nous, Anastasia R. T1

Villa Ipatiev

En 1918, Anastasia Romanov, fille du Tsar, est sauvée, blessée, de l’assassinat groupé de sa famille, par un jeune colonel fou amoureux d’elle. Récit d’une hypothèse historique sublimement mise en scène !


 Nous, Anastasia R. T1 : Villa Ipatiev (0), bd chez Bamboo de Cothias, Ordas, Berr, Bouët
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Bamboo édition 2012

L'histoire :

Le 15 juillet 1918, la famille Romanov au grand complet est retenue prisonnière des bolcheviks, enfermée dans la villa de l’ingénieur Ipatiev à Ekaterinbourg. L’ex Tsar Nicolas II prend son mal en patience et espère que l’armée blanche, dont la ligne de front est proche, parviendra à les délivrer. En promenade derrière la haute palissade, il confie à sa plus jeune fille, Anastasia, qu’il l’a choisie, elle, pour devenir la future Tsarine. Des documents appuyant cette décision ont été confiés à un allié infiltré parmi les rouges, le jeune colonel Volodine. La journée, malgré la stature du tsar, les rapports sont particulièrement tendus avec leurs geôliers. Nicolas II est tenu pour responsable de milliers de morts du dimanche rouge de Petrograd, en janvier 1905, qui déclencha la révolution rouge. La nuit, Volodine donne un rendez-vous secret à Anastasia et lui avoue tout son amour… semble-t-il réciproque. Il ignore encore que le sort funeste de la famille vient d’être scellé. Dans la nuit du 17 juillet, à 1h40, les Romanov sont réveillés et conduits à la cave. On leur dit qu’on va les photographier pour prouver leur état de santé. A ce moment, Volodine est loin : il ramène vers la villa un camion qui servira bientôt à transporter des cadavres…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Dans la longue liste des assassinats politiques, celui, infâme, de la famille Romanov (les Tsars de Russie) par les bolcheviks, en juillet 1918, fut à l’origine d’un mythe puissant : la petite dernière, Anastasia, aurait-elle été sauvée ? Dès lors, diverses usurpatrices se sont proclamées grande duchesse et le retour d’un régime tsariste a alimenté les fantasmes au cours du XXème siècle (Don Bluth en a même fait un dessin animé à la mode Disney). Hélas, très récemment, une enquête ADN a radicalement anéantie cette conjecture romanesque (2008). Qu’à cela ne tiennent : l’histoire était trop belle pour les scénaristes Patrick Ordas et Patrick Cothias, qui ont décidé de raconter le postulat. Après tout, venant de Russie, on n’est plus à une manipulation politique près. Avec quelque rigueur historique, ce premier tome met donc en scène l’assassinat des Romanov et le sauvetage in extremis d’Anastasia par un jeune colonel tsariste infiltré chez les bolcheviks. La narration rigoureuse, presque mécanique, qui s’appuie sur beaucoup de voix off descriptives des états d’esprits, réfrène quelque peu le souffle romanesque. Mais l’importance des enjeux et des risques sont palpables et surtout, Nathalie Berr délivre une nouvelle fois un dessin réaliste de toute beauté. La dessinatrice abandonne le contexte contemporain de Borderline pour faire siennes les tenues, architectures, mobiliers à l’époque de la révolution rouge et… l’austérité des mentalités. Car au-delà de la précision et du détail de son trait, qui joue admirablement à la fois d’éléments encrés et d’autres crayonnés, l’ambiance de ce régime flamboyant et néanmoins crépusculaire est finement gérée : colorisation éteinte (par Sébastien Bouet), lumières rasantes, faciès stricts… Le premier tome d’une bien belle trilogie historique en devenir !

voir la fiche officielle ISBN 9782818909119