parution 04 novembre 2009  éditeur Bamboo  collection Grand angle
 Public ado / adulte  Thème Thriller, Politique

Shahidas T1

Le Fruit du mensonge

En enquêtant sur un crime passionnel, Saraj, un flic égyptien qui vient de perdre son épouse dans un attentat, découvre une filière terroriste spécialisée dans le kamikaze au féminin. Un début de thriller original et rondement mené.


 Shahidas T1 : Le Fruit du mensonge (0), bd chez Bamboo de Galandon, Volente, Smulkowski
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Bamboo édition 2009

L'histoire :

C’est une sinistre prise qui vient encombrer les filets de Toufik Zafri, un vieux pêcheur plutôt habitué à voir le Nil lui offrir de beaux poissons. Il remonte en effet le corps sans vie d’une femme nue, enroulée dans un vieux tapis. Saraj, un flic bourru, est chargé de l’enquête. Mais après un bref entretien au poste avec le vieux pêcheur, il préfère s’intéresser à la garde à vue de Tarek Nadjibullah, soupçonné d’appartenir à un réseau terroriste. Décidé à lui tirer rapidement les vers du nez, le policier colérique peine à garder son calme : l’interrogatoire se termine par une volée de coups. Aussitôt réprimandé par sa hiérarchie, Saraj est pourtant excusé à demi mot : ayant récemment perdu sa femme dans un attentat perpétré par des fanatiques islamistes, son supérieur le couvre une dernière fois mais lui interdit de prendre part à la moindre enquête touchant de prés ou de loin au terrorisme. De retour chez lui, il peut enfin s’occuper de sa petite Yasmina, dont il confie la garde pendant ses absences, à Lounès, un petit délinquant à qui il a évité la prison. Le lendemain, avant de gagner le commissariat, il rend visite à sa mère et subit comme à chaque fois son courroux : palestinienne d’origine, elle lui reproche de ne pas s’engager dans la guerre sainte au côté de ses frères. Saraj, lui, est simplement fier d’être de nationalité Égyptienne depuis plus de 20 ans… Reprenant ses recherches sur le meurtre de la femme « repêchée » dans le Nil, il oriente très vite son enquête vers un crime passionnel.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Ouvrant malheureusement bien trop souvent les gros titres des JT, terrorisme et attentats sont devenus monnaie courante de l’information. Les multi-diffusions à grande heure d’écoute d’images chocs auront inévitablement banalisées l’insoutenable, entre pub pour le camembert et flash météo. Aussi, c’est un pari audacieux pris par Laurent Galandon, que de prendre pour cette nouvelle série le décor du Moyen Orient et, au travers d’une intrigue policière, d’en esquisser sa complexité. Très intelligemment, via un récit bien rythmé qui utilise (c’est le fil rouge de la collection) des codes cinématographiques à haut pouvoir captivant, le scénariste nous entraine sur la piste des Shahidas, des kamikazes au féminin qui témoignent, ces dernières années, du durcissement de la guerre sainte. Très subtilement, le récit ne prend que sommairement les couleurs d’une intrigue à dominante politique, teintée d’une trame policière qui ne fait pas, elle non plus, l’intérêt de l’immersion dans l’aventure du policier égyptien. C’est plutôt du coté du destin de ce dernier, palestinien d’origine, ennemi épidermique des islamistes, qu’il nous est demandé de nous attarder : il incarne à lui seul la complexité de la situation très éloignée du tout noir ou du tout blanc. De ce point de vue, le cliffhanger final est une sacrée invite à découvrir la ou les vérités. Le trait de Frédéric Volante assoit quant à lui toutes ces velléités scénaristiques, en particulier lorsqu’il s’attarde sur les visages pour tenter de nous transmettre les émotions. Un début de diptyque plus qu’intéressant : parfaitement captivant et loin de se contenter de servir de l’action pour le plaisir de l’action.

voir la fiche officielle ISBN 9782350787251