parution 09 novembre 2011  éditeur Casterman  Public ado / adulte  Thème Chronique sociale, Historique, Sentimental

Magasin général T7

Charleston

Le retour de Marie à Notre-Dame-des-Lacs rime avec souffle de liberté et bon temps, au rythme du Charleston et de nuits amoureuses en catimini…Toujours pétri de chaleur humaine au « rythme » des opus précédents.


 Magasin général T7 : Charleston (0), bd chez Casterman de Loisel, Tripp
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Casterman édition 2011

L'histoire :

À peine la paroisse de Notre-Dame-des-Lacs s’est-elle réjouie du retour de Marie (et d’un probable réapprovisionnement du magasin…) que la petite communauté doit faire face à un fâcheux incident : Mathurin Latulippe a été sévèrement blessé par un ours. Ramené au village et soigné par Serge et Jacinthe, le solide coureur des bois ne tarde pas à être mis hors de danger. Son frère Ernest, qui le veille depuis qu’il est mal en point, en profite alors pour combler son déficit de sommeil… dans le lit de Marie. Voilà donc notre épicière hébergeant sous son toit deux gaillards endormis et contrainte d’aller dormir chez Serge pour quelques temps. Au bout de quelques jours, les deux frères semblent revigorés. Marie regagne donc ses quartiers. Sans presque s’en apercevoir, elle ne reste pas insensible aux charmes d’Ernest, dont l’aspect, hormis cette épaisse barbe rousse, n’a rien de repoussant, bien au contraire. Un soir, l’ainé des Latulippe coupe sa barbe… Et dans la pénombre du Magasin Général Ernest et Marie deviennent amants. Cette histoire de barbe qui tombe subitement fait beaucoup parler. Chacun y va de sa petite hypothèse à demi-mot. La vie reprend pourtant doucettement son cours, sans heurt, jusqu’à ce que des envies de musique et de Charleston (encore un souvenir ramené directement de Montréal) ne donnent à tous l’envie de rire, de gigoter et de s’amuser un peu.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Avec le retour de Marie dans sa bonne Notre-Dame-des-Lacs, un vent de liberté directement issu du break à Montréal, souffle avec malice sur la vie de notre petite paroisse québécoise préférée. Une bise généreuse qui fait tomber des barbes d’un demi-pied de long à quelques coureurs des bois, fait pousser des robes dernier-cri sur les corps émoustillés de nos sympathiques paroissiennes et fait se trémousser à tout-va, à la moindre « toune » empruntant des airs de Charleston revigorant. Au point d’ailleurs que tous (curé y compris) oublient leur labeur pour se « rincer le bec » à la moindre occasion (élections du nouveau maire itou…). Aussi, avec cette lenteur voulue, distillée avec une rondeur patinée inégalable et un certain génie de la mise en scène, Régis Loisel et Jean-Louis Tripp (et leurs talentueux assistants à la couleur et aux dialogues en patois québécois…) nous font-ils reprendre une 7éme dose de chaleur humaine amoureusement mitonnée. On regrette cependant, à nouveau peut-être, l’absence cruelle de ressorts scénaristiques un peu plus épicés.Ou que les coups de fouets distillés retombent bien vite dans la bonhommie pépère qui à su conquérir un large lectorat. Peut-être se lasse t-on aussi de voir s’étirer une intrigue, sans être certain que les auteurs eux-mêmes en ont imaginé une conclusion. Enfin, il y a cette fois aussi l’attitude qu’ils confient à Marie… Peut-être un brin excessif, même si on a bien compris le double objectif poursuivi : opérer chez leur héroïne une lente mais irrémédiable révolution intérieure et nourrir un bel effet scénaristique, servi comme il se doit en conclusion du présent chapitre. Alors d’accord : ça commence à faire un peu long, à paraitre peut être redondant… Mais on aime s’y reposer, chaque année, dans ce Magasin Général là, loin des tracas de nos bitumes peu affriolants et de notre individualisme désespérant. Alors à tantôt…

voir la fiche officielle ISBN 9782203032194