parution 18 mai 2011  éditeur Delcourt  collection 7
 Public ado / adulte  Thème Horreur, Fantastique - Etrange

7 survivants

7 voyageurs se retrouvent piégés au sein d’une dimension parallèle prenant la forme d’un tunnel routier sans sortie et peuplé de zombis. Un thriller d’horreur haletant, habilement ficelé…


7 survivants, bd chez Delcourt de Blengino, Denys, Delf
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2011

L'histoire :

En route pour Paris, Victor Costa est au volant de sa voiture sur une nationale des Alpes suisses. A ses côtés, sa femme Angela et son frère Victor se demandent où ils peuvent être, car il fait nuit et la tempête de neige a rendu le GPS muet… Le véhicule pénètre alors dans un tunnel. Peu après, c’est au tour de la fourgonnette de Thomas Blanco et de son amie Asia d’entrer dans ce tunnel. Eux sont en fuite, avec quelques kilos d’héroïne, après avoir tué deux clients dans une station service. Ils sont poursuivis par Martin Mosdi, un flic particulièrement teigneux, qui s’est juré d’avoir leur peau. Mais pour tous, ce tunnel est très étrange. D’une part, il semble ne pas avoir de sortie. D’autre part, on n’y croise pas grand monde, hormis des véhicules accidentés et… des zombis ! Après en avoir percuté un, Thomas et Asia fuient de plus belle, épouvantés. De son côté, la voiture des Costa prend tout de même à son bord un 4e passager, Thélonius, qui était en panne sur le bas côté et qui a perdu sa mère. Il semble aussi que ce maudit tunnel révèle la part sombre des gens qui s’y trouvent… Ainsi, Victor entrevoit-il par flashs, que son frère est l’amant de sa femme… et le flic Martin est encore plus hanté par la fillette qu’il a jadis flinguée par erreur. Tous finissent pourtant par se rejoindre et par faire front commun contre ces abominations. S’en sortiront-ils ?

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Damned, les 7 tomes de la collection « 7 » étaient pourtant bien tous sortis !? Qu’à cela ne tienne, le succès en librairie aidant, Delcourt remet le couvert pour une nouvelle série de one-shots, selon strictement le même concept : 7 associations inédites d’auteurs vont concocter 7 missions dans 7 genres différents, réunissant à chaque fois une équipe de 7 protagonistes. Comme pitch de ce tome inaugural, 7 voyageurs se retrouvent pris au piège d’un tunnel sans fin, dans une sorte de 4e dimension peuplée de zombis. D’où sortent ces morts-vivants ? Quelle est la finalité de ce piège métaphysique ? Doivent-ils expier quelque chose, ou juste se démener pour sortir de cet horrible continuum fantastique ? Quel est le réel ennemi ? Le scénario de Luca Blengino joue avec les nerfs de ses héros et ceux des lecteurs. L’auteur distribue les fausses pistes, les supputations, utilisant à merveille les ficelles d’un registre d’épouvante bien balisé. Pour autant, Blengino ne sombre pas dans la facilité, délivrant une conclusion relativement cohérente, à défaut d’être rationnelle. Entre temps, c’est évidemment un carnage gore jubilatoire, qui réserve logiquement ce one-shot aux « grands enfants ». Visuellement, Denys se débrouille très bien d’un récit circonscrit à un seul et unique décor : l’huis-clos du tunnel. Certes, le plus souvent, un simple aplat marronasse (la couloir de la paroi…) sert de background aux conflits des personnages… mais les angles sont variés, le rythme époumoné et la tension palpable. Nous autres adeptes de ses encrages réalistes sommes comblés qu’il se frotte au registre des morts-vivants putréfiés et affamés de chair humaine. Attention, ça va couper, on passe dans un tunn…