parution 24 avril 2019  éditeur Delcourt  collection Neopolis
 Public ado / adulte  Thème Historique, Mondes décalés, Politique

Jour J T1

Edition spéciale - Les Russes sur la Lune !

Et si les Soviétiques avaient posé le premier pas sur la lune en 1969, le cours de la guerre froide se serait-il inversé ? Au coeur de la lutte idéologique des années post-guerre, réédition d'une uchronie revisitant la genèse de l'hégémonie américaine...


 Jour J T1 : Edition spéciale - Les Russes sur la Lune ! (0), bd chez Delcourt de Pécau, Duval, Buchet, Walter
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2019

L'histoire :

Retour en 1969. Dans le contexte âpre de la guerre froide et de la compétition idéologique que se livrent les blocs capitaliste et communiste, les Soviétiques remportent LE succès de la course à l’espace, en posant le premier pas sur la Lune. En effet, alors que les Américains allaient remporter la course à la Lune, une micrométéorite est venue percuter le module LEM américain, le 21 juillet 1969 : la mission Apollo 11 était officiellement terminée. Deux mois plus tard, le 19 septembre 1969, la cosmonaute russe Valentina Terechkova foule pour la première fois le sol lunaire, suscitant alors la rage du président américain, Richard Nixon. Ce dernier décide donc de relancer le programme de base permanente sur la lune afin de répondre aux Soviétiques. 10 ans plus tard, les tensions entre les deux blocs sont toujours d’actualité… sauf sur la lune. En effet, l’équipe soviétique rejoint en jeep lunaire la base américaine, pour les ravitailler en gnole fabriquée sur leur alambique. Leur amitié bien réelle découle toutefois d’un peu plus que d’une simple vodka artisanale…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

En 2010, ce premier tome inaugurait une série-fleuve d’uchronies diverses et variées. Neuf ans plus tard, à l'occasion du 50ème anniversaire des premiers pas de Neil Armstrong sur la lune (en juillet 69), le voici réédité et complété d'un dossier historique complémentaire de 16 pages revenant sur la réelle course à la lune des soviétiques. Au cours de cette période à la fois fascinante et tendue, le destin du monde aurait pu basculer dans une guerre nucléaire. Ouvrir une série est toujours un exercice stressant et délicat pour les auteurs : le premier tome doit imprimer le ton et susciter l’envie chez le lecteur de poursuivre l’aventure. Le pari est ici réussi, à travers ce thriller se déroulant en majorité sur le sol lunaire. Le scénario de Fred Duval et Jean-Pierre Pécau, solide et plaisant, est servi par une narration fluide et dynamique, même si certaines planches peuvent paraître superflues ou confuses (cf. l’épisode pakistanais ou la scène de course-poursuite à Moscou). Les auteurs évitent par ailleurs l’écueil du manichéisme, ressort de la propagande (aussi bien américaine que soviétique pendant la guerre froide) visant à diaboliser l’adversaire. Néanmoins, le récit verse parfois dans l’excès inverse, celui de la fable angélique, un peu naïve. L’angle narratif adopté reste malgré tout intéressant et la lecture est agréable. Le beau dessin de Philippe Buchet, assez classique dans l’ensemble, fait resurgir des figures connues du paysage politique mondial : Boris Eltsine ou encore Vladimir Poutine, mêlés à des histoires mafieuses. Bref, Jour J inaugure une série prometteuse, originale et divertissante, à défaut de chambouler la géopolitique contemporaine. Mais là n’était pas le propos. Bon voyage lunaire…