parution 02 novembre 2018  éditeur Dupuis  Public ado / adulte  Thème Humour

La Minute belge

En Belgique, on parle de baraki, de dikkenek, de carabistouille, de peï, de ket, etc… Un recueil des belgicismes, adapté d’une série animée, illustré avec drôlerie pour comprendre en partie la belgitude.


La Minute belge, bd chez Dupuis de Ryelandt, Armand, Dewalle
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dupuis édition 2018

L'histoire :

« Douf » peut aussi s’écrire doufe avec un e à la fin. En Belgique, le mot douf a deux sens. Premièrement, douf sans « e » à la fin est une expression qu’on utilise pour signifier qu’il fait lourd ou étouffant. En Wallonie, on utilisera aussi l’expression « Il fait malade ». En France on dira : « Diantre, quelle chaleur écrasante aujourd’hui, l’air est vraiment irrespirable ». En Belgique on dira « Tcheu dis, il fait douf ici ». Deuxièmement, doufe avec un « e » à la fin ou plutôt prendre une doufe qui signifie tout simplement prendre une cuite ou une biture. En France on dira « Mon dieu, je crois qu’hier soir, j’ai un peu trop abusé des boissons alcoolisées, j’étais dans un état d’ivresse sans commune mesure. » En Belgique on dira plus volontiers : « Rrrôôôh, dis ! Hier soir, j’ai pris une de ces douf, J’étais complètement paf tu sais ! ». En Belgique quand il fait douf, on aime bien se rafraîchir mais c’est rarement avec de l’eau. Donc quand il fait douf, on en profite pour prendre une doufe !

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Il n’est pas toujours évident de comprendre les expressions de nos chers voisins et amis belges ! Cet album est l’adaptation BD de la série animée qui explique avec humour et dérision les belgicismes. Chaque mot ou expression sont décortiqués en se voyant consacrer une page où le personnage principal, un belge trapu, moustachu, bras arqués et sourire jusqu’aux oreilles se met en scène. A plusieurs reprises, un dandy élancé, un français au langage châtié, tout aussi caricatural, lui donne le change pour illustrer la traduction. Cette opposition de style donne lieu à un décalage qui n’est pas toujours à la faveur du français, dont le caractère précieux est un peu ridicule. Les explications données et les multiples sens donnés aux expressions sont souvent largement illustrés avec drôlerie et surréalisme. La France n’a pas le monopole de la richesse de la langue ! C’est ainsi que vous découvrirez ce qu’est un manche-à-balle, un sorteur, une slache ou encore un schieve. Le dessin cartoonesque rappellera aux plus jeunes celui du dessin animé La panthère rose. Dans un décor gris des plus sobres, le dessin stylisé est mis en valeur par une colorisation assez vive. Un album plus utile qu’un dictionnaire pour partir en voyage en Belgique car ceci explique cela ! Ou presque.

voir la fiche officielle ISBN 9791034734467