parution 04 septembre 2019  éditeur Fluide Glacial  Public ado / adulte  Thème Mondes décalés, Western

Mondo reverso T2

La bonne, la brute et la truande

Un enfant a été kidnappé. Cornelia la sheriffe infiltre la troupe d’un cirque suspect. Lindbergh, son homme, s’en mêle. Une récidive foutraque et vaudouesque pour le western transgenres inversés de Gouëfflec et Bertail.


 Mondo reverso T2 : La bonne, la brute et la truande (0), bd chez Fluide Glacial de Le Gouëfflec, Bertail
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

L'histoire :

Après des années de basses œuvres en tant que desperadette sans foi ni loi, Cornelia s’est mariée avec Lindbergh. Ils se sont installés dans une paisible bourgade de l’Ouest américain, où ils coulent des jours paisibles. Cornelia est même devenue sheriffe de son patelin. Mais aujourd’hui, son adjointe Minnie vient la déranger avec un air grave : Willy, le fils Thompson, a disparu et on craint un kidnapping. Les soupçons portent sur les bohémiens d’un cirque itinérant qui vient justement de lever son campement. Cornelia se met aussitôt en piste et charge Minnie de prévenir son homme de rester sagement à la maison. Mais ce mépris féminin pour l’avilissante condition d’homme au foyer met Lindbergh dans tous ses états. Il décide lui aussi de partir sur la piste du cirque ambulant. Pendant ce temps, Cornelia retrouve le cirque et décide de l’infiltrer en postulant en tant que femme à barbe, car la troupe vient justement de perdre la leur. Elle se fait poser un postiche et passe un entretien d’embauche auprès d’Annabello, la patronne, hermaphrodite (moitié homme côté gauche, moitié femme côté droit) et de Scalpelo, contorsionniste noir. Elle rencontre alors les autres membres de la troupe : l’avaleuse de sabre, la dompteuse (avec 3 seins), l’hypnotiseur et stripteaseur… Et surtout une vieille connaissance, Hatchet, l’homme qui a la plus grosse bite du monde, qu’il trimballe sur une brouette…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Et c’est reparti pour un tour dans cet univers western de genres intervertis. Une planche préambule rappelle qu’ici les femmes décident de tout et occupent des postes à responsabilité ; et qu’inversement, les hommes portent des robes et restent sagement à la maison pour l’éducation des enfants et la tenue du foyer. Ce paradigme inversé et parodique offre un écho bienvenu (et bien foutraque) à la vague de féminisme de notre début de XXIème siècle. Pour autant, il semblait qu’un tome suffisait à faire le tour du propos. Sans doute emportés par leur sacrément bonne idée (et son succès), Arnaud le Gouëfflec et Dominique Bertail récidivent en offrant une nouvelle salve d’aventures à leur couple de héros. Cornelia et Lindbergh se retrouvent ainsi englués dans une enquête pour kidnapping – car oui, au début de cet épisode, Cornelia est devenue sheriffe… Le scénar ressemble à un joli bordel organisé et bourré de références, de répliques et d’expressions caustiques, pourvu qu’il soit possible de s’amuser avec les conséquences rigolotes d’un univers où les genres sont inversés. Leur périple amènera ainsi les personnages à croiser une baronne samedi tortueuse (voir la couv), un homme avec une bite de 300 Kg, une indienne adepte de magie noire et de peyotl. La dernière image à elle seule vaut son pesant de cacahuètes. La dimension sociale est certes moindre (car éventée) qu’au 1er tome, mais les situations burlesques sont la plus-value d’un bon moment de lecture. D’autant qu’au dessin, monochrome au lavis, le talentueux Bertail ne lésine pas sur la besogne, jusqu’à la saturation dans les détails des arrière-plans. La fête des morts, sa déco squelettique, l’attaque des serpents sur la pyramide, la piste de cirque durant ses représentations, les règlements de compte, l’homme à la brouette… résonnent comme autant d’images fortes et folles, qui resteront cultes.

voir la fiche officielle ISBN 9782378781804