parution 10 octobre 2012  éditeur Glénat  collection Grafica
 Public ado / adulte  Thème Esotérique

L' Ultime Voyage en Alchimie T1

Adrian

La finale d'un jeu en ligne sur le thème de l'alchimie réunit à Prague les plus grands joueurs du monde. Une épreuve initiatique pour Adrian...


L'Ultime Voyage en Alchimie T1 : Adrian (0), bd chez Glénat de Mitric
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2012

L'histoire :

Passionné de jeu en ligne, adepte des mystères séculaires de l'alchimie, Adrian vit au sein d'une famille modeste. Il voit dans ses talents de joueur le seul moyen de sortir des difficultés du quotidien. Vis à vis de ses petites sœurs, il assume le rôle de son père disparu quelques années plut tôt, mais ne peut plus accepter les reproches de sa mère. Lorsqu'il apprend qu'il est sélectionné pour la finale mondiale de Quintessence, Adrian voit s'ouvrir la possibilité d'une récompense prestigieuse, qu'il partagerait avec sa famille. Mais les modestes moyens financiers de sa mère l'empêchent de se payer le voyage vers Prague... jusqu'à l'arrivée inopinée d'un héritage improbable et totalement inattendu. Adrian peut donc prendre le bus pour Prague et voit renaître ses espoirs de victoire. Mais dès le début du voyage, une femme mystérieuse l'aborde et partage avec lui ses théories sur les origines des grandes religions. Théories qui recoupent étroitement celles du père d'Adrian, consignées dans des carnets que le jeune homme conserve précieusement. Adrian n'est pas au bout de ses surprises. Lorsqu'arrivé à Prague, il pénètre dans le luxueux palais où la finale va se dérouler...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Sur un graphisme dynamique aux couleurs vives, Nicolas Mitric nous embarque dans un univers mystico-magique bourré de codes visuels et de noms mystérieux issus de l'antiquité ou de l'histoire légendaire de l'alchimie. Le début de l'album au premier siècle en Anatolie est un peu laborieux, mais cette impression disparaît rapidement avec un bel enchaînement de situations nerveuses et bien séquencées. Si certaines ellipses sont un peu... elliptiques (non, il ne manque pas une case entre la planche 10 et la 11), le dynamisme des rencontres d'Adrian avec la très belle Sage ou les joueurs aux looks improbables, est plaisant. Et Mitric gère parfaitement la multiplicité des visages de ses protagonistes, son graphisme étant suffisamment précis et régulier pour qu'à aucun moment on n'ait à faire marche arrière pour savoir qui est qui. Normal pour un auteur qui commence à compter dans la BD grand-public (Kookaburra) et devient une des valeurs sures des maisons d'édition. Ce premier tome est comme souvent consacré à la mise en place d'un nouvel univers, plutôt longue, mais parfaitement justifiée, car elle permet de donner une densité au personnage d'Adrian, le rendant ainsi plus proche du lecteur. Les situations qu'il doit affronter autour de sa table de jeu ou dans les vieilles rues de Prague nous maintiennent en éveil, tandis que la cohérence des premiers éléments de l'intrigue se révèle dans les toutes dernières pages de l'album. Un bon début, pour une série destinée avant tout aux jeunes ados, avec ses personnages et ses décors flamboyants, ses couleurs informatiques et ses dialogues simples et efficaces...