parution 03 novembre 2010  éditeur Glénat  collection Grafica
 Public ado / adulte  Thème Aventure - Action, Anticipation, Fantastique - Etrange, Policier

La compagnie des ténèbres T1

Joseph Adams

Quatre hommes, aux destins étroitement liés, combattent le Mal tout en s'en nourrissant, aussi bien métaphoriquement que littéralement. Premier opus d'une trilogie réaliste entre anticipation, polar et fantastique : surprenant.


La compagnie des ténèbres T1 : Joseph Adams (0), bd chez Glénat de Galliano, Milano, Pietrobon, Denoulet
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2010

L'histoire :

Manhattan, octobre 2017. Les violentes manifestations anti-feldh font de plus en plus de victimes, notamment parmi les adeptes du « renouveau vert ». La pollution, la pauvreté, l’intégrisme et le terrorisme, ravagent la planète. Peter Dee, inspecteur de la brigade des homicides de New York, constate avec un certain désarroi la dangereuse dérive d’un monde en déliquescence. Malade, son esprit est obnubilé et tourmenté par l’affaire des « anges bleus » : il traque sans relâche l’assassin de type caucasien, de quatre adolescentes retrouvées exsangues, vidées de leur sang, avec une large entaille sous les côtes, où le meurtrier a introduit sa main afin de compresser leur cœur jusqu’à ce que mort s’ensuive. Malgré sa maladie altérant de plus en plus sa mémoire, il rapproche le mode opératoire usité avec l’histoire consignée en 1962 dans son journal par Joseph Adams, agent du Mossad (services secrets israéliens). Dans la chaleur moite de la jungle sud-américaine, ce dernier traque sans relâche les anciens nazis, en particulier le mage astrologue Rudolf Kritssen, surnommé « l’âme noire ». Le 15 août 1962, dans une église de San Cristobal de Las Casas au Mexique, Adams échange avec le père Jacinto armes contre renseignements et main d’œuvre armée, afin de retrouver trois démons nazis sur le chemin du sorcier ami d’Hitler. Mais quel peut donc être le lien unissant un agent du Mossad des années 60 et un tueur d’enfants des années 2010 ?

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Le scénariste Patrick Galliano nous entraîne ici dans un récit d’anticipation fantastique et réaliste, qui se déclinera en trois épisodes, sur les pas de quatre hommes dont les destins sont tragiquement unis au Mal. Ce premier opus met en scène un inspecteur de police malade et quelque peu désappointé par un monde au bord du chaos écologique. Un tueur en série d’adolescentes est traqué par ce même inspecteur, dont le destin serait lié au troisième personnage de l’histoire, un agent du Mossad cousin d’Indiana Jones dénommé Joseph Adams. Clin d’œil judicieux, celui-ci se fera notamment passer pour un archéologue auprès de la belle métisse Maria, nymphe prostituée aux courbes sensuelles, toute droit sortie de chez Manara, lors de leur première rencontre… Des relents lovecraftiens teintent enfin ce récit futuriste somme toute réaliste, quoique fataliste, où le chaos ambiant fait écho aux meurtres sordides d’enfants. Les agissements des différents protagonistes alimentent l’ambiance mystérieuse et le crescendo des interrogations naissantes, avec en œil du cyclone l’épopée de Adams et sa quête du ténébreux sorcier nazi, « l’âme la plus noire que la terre ait portée ». Pour cette mise en bouche, Galliano s’allie une nouvelle fois à Mario Milano (après Touna Mara), dont le trait trahit l’influence évidente de l’école italienne. Les femmes de Milano prennent des postures langoureuses et érotiques que ne renieraient certainement pas Manara (ou Serpieri). La femme-objet sensuelle et fantasmagorique est déclinée à maintes reprises, quitte à ce que cela ne soit pas totalement approprié aux situations (Winona, l’assistante de Peter Dee, tenue moulée sexy, poses sensuelles et courbes avantageuses… en plein centre des « quartiers noyés », juste avant un assaut). Mais nous n’allons certainement pas bouder notre plaisir, d’autant que le trait fin, élégant et réaliste de Milano nous séduira par sa beauté et sa colorisation réussie. La galerie de personnages et les relations et sentiments déclinés sont ainsi superbement mis en valeur. Un premier tome réussi et détonnant, malgré des flashbacks nombreux et sinueux, et une intrigue noyée par un flot d’informations quelque peu indigestes. La mise en bouche est prometteuse, on attend impatiemment le plat de résistance et la petite douceur en dessert.

voir la fiche officielle ISBN 9782723470162