parution 06 mars 2013  éditeur Glénat  collection Grafica
 Public ado / adulte  Thème Heroic-fantasy

La Voie du sabre T1

Les Cendres de l'enfance

Un bretteur légendaire, Miyamoto Musashi, se choisit un jeune apprenti, l'héritier d'un seigneur de guerre, à qui il compte apprendre son art et ses techniques. Mise en place sublime d'une virée empreinte de fantastique, dans le Japon des samouraïs.


La Voie du sabre T1 : Les Cendres de l'enfance (0), bd chez Glénat de Mariolle, Bourgouin, Tisseron, Ferniani, Fernandez
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2013

L'histoire :

Mikédi est le fils du seigneur de guerre Nakamura Ito. A l'âge de 12 ans, son quotidien est troublé par l'arrivée dans la forteresse d'un homme annoncé comme le plus sale et le plus arrogant qui ait jamais foulé les lieux. Tout le monde accourt pour voir cet individu qui provoque les gardes de la cité. Sabre à la main, le pouilleux élimine ses adversaires en criant son nom : Miyamoto Musashi. Ce dernier est le fils du samouraï Munisai Shinmen et il parcourt le pays à la recherche de celui ou de celle qui saura le désarmer. Ce ronin est bien trop fort pour les guerriers aguerris qu'il affronte et n'a même pas peur d'affronter la nuée de flèches tirées par les archers du seigneur. Stupéfait par les exploits de Musashi, Nakamura s'approche de lui et lui fait une proposition. En devenant son premier samouraï, le bretteur aurait tous les avantages : femmes, argent ou katana de qualité. Pour obtenir le secret de la précision et de la vitesse de Musashi, le seigneur est prêt à tout. Le ronin lui propose alors d'enseigner ses techniques à Mikédi, car sa douzaine d'années lui permet encore d'être vierge de toutes mauvaises influences...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Au début des années 2000, le romancier Thomas Day revisite l'histoire du samouraï le plus célèbre de l'archipel japonais : Miyamoto Musashi. Ce personnage historique eut un parcours extraordinaire, de l'adolescent engagé dans l'armée à simple ronin, d'artiste à maître de sabre, voire même rédacteur des célèbres Livre des cinq anneaux et Traités des cinq roues. Souvent utilisé au cinéma ou dans les mangas (dont la saga culte Vagabond de Takehiko Inoue), ce héros n'avait pas vraiment eu la chance d'être mis en avant dans une série de bande dessinée. C'est désormais le cas avec cette adaptation des romans de Thomas Day par Mathieu Mariolle. A l'instar de l’œuvre originale, ce premier opus montre un univers moins classique et véritablement empreint d'une touche fantastique. Miyamoto Musashi est capable d'éliminer trois hommes dans la même seconde. Dès ce premier opus, le lecteur découvre aussi en couverture l'existence de créatures aux dents plus longues que d'habitude. La narration captive dès les premières pages. Mariolle évité les éventuelles lourdeurs d'une adaptation et parvient à installer sa trame sans heurt ni ellipse majeure. Miyamoto Musashi et Mikédi forment un duo atypique, qui ne manquera pas de devenir attachant par la suite. Pour illustrer cette aventure hors normes, Federico Carlo Ferniani s'est retroussé les manches. Le dessinateur italien livre des planches d'une finesse impressionnante. Ses personnages sont soignés et ses décors sont une grande réussite. Malgré la richesse de détails, les planches conservent une très grande lisibilité, tant et si bien que l'on ressort enchanté de ce premier contact. Précisons également que lors de deux séquences assez courtes, le visuel est confié à deux artistes non moins talentueux : Yann Tisseron et Mickaël Bourgouin. Avec sa couverture marquante, La voie du sabre s'offre une transposition de qualité dans le 9ème art. Les amateurs d'épopée folklorique nippone seront aux anges...