parution 26 septembre 2012  éditeur Glénat  Public ado / adulte  Thème Historique

Versailles T1

Le crépuscule du Roy

Deux courtisans cherchent à s’exfiltrer du Château de Versailles et de son étrange communauté. Ils osent alors une évasion fort instructive, quoique fatale ! Une allégorie post-moderne originale…


 Versailles T1 : Le crépuscule du Roy (0), bd chez Glénat de Convard, Adam, Liberge, Chagnaud
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2012

L'histoire :

Une vaste communauté de gentilshommes et de dames, perruqués, empoudrés et luxueusement habillés, vivent au château de Versailles dans l’entourage du roi. Partagées entre oisiveté, futilités et courtisaneries, leurs vies se déroulent en huis clos, au plus grand mépris de l’évolution du reste de l’humanité, depuis « des années ». Profitant d’un colin-maillard dans les jardins, la jeune madame de Rosny s’éclipse pour rejoindre son amant Nicolas dans un labyrinthe de buis. Son mari, un veux marquis, s’agace. Il demande une géolocalisation au Robert le plus proche. Immédiatement le valet ouvre la bouche et libère un oiseau robotique. En quelques battements d’ailes, le couple est repéré et un message électronique est envoyé par ondes radio au marquis. Le couple se sépare in extremis, se promettant de s’évader ensemble vers le monde extérieur, le soir-même. A la nuit venue, les deux amants se retrouvent près de la grille et s’émerveillent d’apercevoir une biche. Cependant, alors que l’animal franchit l’enceinte du château, un détecteur le foudroie net. Est-il donc impossible de sortir de la propriété du château de Versailles ? Qu’y a-t-il à l’extérieur ? En tout cas, l’effectif de 5000 personnes habilitées à y vivre est drastiquement contrôlé par les Robert : le public assiste en nombre à une nouvelle naissance, qui doit se dérouler en même temps que l’exécution du doyen de la communauté (le marquis de Bellegarde, 263 ans). A cette occasion, l’« unité » du défunt est transmise au nouveau-né…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

La couverture laisse penser un instant à une intrigue de mœurs dans l’entourage du Roi Soleil, modelée des rigueurs historiques d’usage, comme au bon vieux temps de la collection Vécu… C’était avant de remarquer que le célèbre symbole monarchique doré était orné de composants électroniques sur l’œil gauche ! N’y voyez rien de révoltant à cela : depuis quelques années, le Château de Versailles ose présenter des œuvres d’art contemporaines en total décalage avec les canons classiques. Dans cette même logique de communication décalée, le haut-lieu du patrimoine national parraine ici, avec l’éditeur Glénat, une relecture post-moderne de sa mythique condition, en une aventure de bande dessinée originale. Dans le premier des 3 opus annoncés, un microcosme futile et emperlousé batifole bien dans l’entourage du Roy. Contre toute attente, le contexte se révèle pourtant rapidement post-apocalyptique et technoïde – quoique tout aussi décadent – avec des relents de steampunk appliqué au XVIIème… et on vous laisse en découvrir les subtilités scénaristiques. Avouons juste qu’à des lieux du cours d’Histoire, le récit concocté par Eric Adam et Didier Convard se rapproche de l’allégorie platonicienne de la caverne, voire de la métaphysique façon Odyssée de l’espace dans ses dernières pages. En tout cas, ce délire techno-monarchique fait sens et semble avoir été conçu exprès pour la griffe d’Eric Libergé, parfaitement à l’aise dans ce registre décalé. A travers ses œuvres, l’artiste semble en effet régulièrement hésiter entre l’appel du modernisme et son école classique. Toujours mâtiné d’infographie (avec la tempérance apportée par la complicité de Jean-Jacques Chagaud à la couleur), son trait emprunte une veine plus sage, plus lisible, moins « fourre-tout » que certains de ses récents travaux. Une lecture intéressante et inattendue…

voir la fiche officielle ISBN 9782723488426