parution 14 septembre 2018  éditeur Le Lombard  collection Signé
 Public ado / adulte  Thème Aventure - Action

Kivu

Une multinationale exploite sans limite les matières premières dans l’ex-Congo belge, provoquant crimes, tortures et exodes. Un témoignage fort, prenant et engagé sur le pillage et les ravages de la corruption en Afrique, servi par un dessin classique.


Kivu, bd chez Le Lombard de Van Hamme, Simon, Carpentier
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Le Lombard édition 2018

L'histoire :

De nos jours, au Kivu (province de la République « Démocratique » du Congo), des bandes armées Hutus sèment la terreur dans les campagnes en commettant les pires exactions, torturant et faisant fuir les populations, avec la complicité des congolais, notamment militaires. Le jeune Jérémie et sa sœur Violette échappent de peu à ces atrocités, en blessant mortellement un militaire agresseur. Au siège de Metalurgico, multinationale européenne, le jeune ingénieur belge François Daans se voit confier une mission de terrain au Kivu : recruter un nouveau directeur de production. Metalurgico importe en effet le coltan, un minerai indispensable aux composants électroniques. Sur place, à Bukavu, François rencontre Peter de Bruyne, ancien mercenaire sans scrupule installé là-bas, qui mange à tous les râteliers, chargé par Metalurgico de le guider. Entretemps, Jérémie est arrêté, mais Violette réussit à se sauver. En ville, percutée par la voiture de de Bruyne emmenant François, elle est prise en charge par celui-ci. Le mercenaire explique au jeune la sale besogne qui l’occupe au Congo : surveiller et payer les directeurs de production pour qu’ils chassent les paysans et propriétaires et enrôlent des quasi-esclaves pour extraire le minerai et l’expédier en Europe. Violette raconte à François la terreur créée par les bandes, la torture, l’asservissement et d’autres abominations indescriptibles… Les deux hommes rencontrent le colonel Lumbabé pour affaires, qui réclame en plus « la fille », Violette, pour son acte contre le militaire. Heureusement, il côtoiera aussi des hommes droits, comme le capitaine retraité Songye, qui essaie de lutter contre ce système inhumain avec son fils Jimmy. Plus tard, il fera la connaissance des docteurs Cadière et Mukwege, œuvrant au dispensaire pour réparer les torturés et blessés. François ne peut cautionner les agissements de son employeur et démissionne, se mettant dès lors en danger. Recherchant Jérémie pour l’enlever à ses ravisseurs, il est obligé à un marché infâme et est entraîné dans une spirale infernale.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Le scénariste vétéran Jean Van Hamme fait une exception à sa quasi-retraite. Il a encore des choses importantes à transmettre, en tant que belge, européen, blanc et ami des deux héroïques chirurgiens cités. L’aspect documentaire et géopolitique de ce one-shot pourrait rebuter certains allergiques à un discours instructif ou de bonne conscience. Eh bien non, le roué scénariste s’engage de la façon la plus claire dans un contexte hélas authentique, mais au service d’un album d’action bien mené, aux personnages bien campés et crédibles. Evidemment, les stéréotypes sont inévitables, mais l’intrigue fluide et sans temps mort se lit d’abord avec plaisir, tout en apprenant les horreurs présentes, près de nous. Le choix de Christophe Simon au dessin pourrait se discuter, quelles que soient ses réelles qualités. Adepte de la ligne claire, notamment aux cotés et à la suite de Jacques Martin, il a choisi un traitement entre son style naturel et le réalisme, avec ombres et hachures qui lui convient moins. D’où un rendu moins à l’aise, appliqué, un peu statique. Cette première impression s’estompe aux lectures suivantes, tant les enjeux de cette histoire et l’enchaînement des situations sont forts. Un gros bémol pour la couverture : difficile de faire plus laid, avec ces couleurs informatiques mal maîtrisées. L’essentiel, ici, est que cet album existe et soit lu. Nous ne savions pas, nous ne voulions pas savoir que les pays développés pillent, comme au temps des colonies, les ressources de pays d’Afrique soi-disant indépendants ? Maintenant nous savons. C’est peut-être même pire qu’au temps des colonies : corruption, marchandise sexuelle, esclavage, par des dirigeants locaux, mais pour le compte de sociétés privées occidentales, sans frein ni contrôle politique et financier. L’album aurait pu s’intituler « La malédiction du sous-sol », tant ce pays paraît damné par ses innombrables ressources : terres rares, cobalt, lithium, parait-il indispensables pour nos appareils high-tech… On voit bien que les pays développés et les commanditaires ne pourront échapper à leurs responsabilités qui seront un jour recherchées. Avec un tel album, précédé d’une préface d’une journaliste belge résumant clairement l’histoire récente (l’ignoble Mobutu, Kabila...), les crimes et les enjeux économiques et sociaux de ce pays, le lecteur ne peut qu’être pris et remué. Et pourquoi pas, vouloir faire quelque chose.

voir la fiche officielle ISBN 9782803672660