parution 10 mai 2017  éditeur Les arènes  Public ado / adulte  Thème Historique

Forçats T2

Le prix de la liberté

Au terme d'un combat journalistique acharné, le reporter Albert Londres obtient une remise de peine pour l'innocent Dieudonné... qui s'évade quand même ! Biographie d'un combat pour la fermeture du bagne de Cayenne.


 Forçats T2 : Le prix de la liberté (0), bd chez Les arènes de Perna, Bedouel
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Les arènes édition 2017

L'histoire :

En septembre 1923, le reporter Albert Londres publie Au bagne, un pamphlet contre le pénitencier de Cayenne en Guyane, où la société française exilé les pires détenus, qu'elle veut – en clair – exterminer. Les conditions de vie y sont atroces, un enfer dont on ne s'évade que par la mort. Il commence à être célèbre, au grand bonheur du rédacteur en chef du Petit Parisien, un quotidien dans lequel il interpelle le Ministre des Colonies pour la fermeture du bagne. Mais Londres ne cherche pas à faire vendre ou à exploiter un filon. Il veut véhiculer la vérité, et entre autre obtenir la grâce et la réhabilitation d'un prisonnier qu'il sait innocent de l'affaire Bonnot, Eugène Dieudonné. De retour à Paris, il tente de trouver le bon biais pour y parvenir. Il rencontre l'avocat de Dieudonné, ainsi que sa femme Louise. Ces derniers lui racontent comment le bagnard s'est jadis intéressé aux « causeries populaires » et au mouvement anarchiste et libertaire. De soirées en débats, il s'était fait piquer sa femme par un écrivain et avait fait la mauvaise rencontre de trop dans un bar, avec deux membres de la bande à Bonnot. Pour autant, il n'avait pas participé au braquage mortel de la Société Générale, rue Ordener. Il ne devait sa condamnation qu'au témoignage vaseux d'un employé, alors même que Bonnot lui-même l'avait innocenté sur un papier volant, quelques minutes avant d'être mitraillé par les forces de police, dans le célèbre assaut de Choisy-le-Roi. Un jour de novembre 1926, le directeur du bagne convoque Dieudonné pour lui annoncer la bonne nouvelle : Londres lui a obtenu 5 ans de remise de peine, il sera libéré dans 2 ans et 9 mois. Mais ce laps est encore bien trop long pour le bagnard, qui clame son innocence depuis plus de 12 ans. Dieudonné va donc rapidement faire une nouvelle tentative d'évasion...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Le scénariste Pat Perna et le dessinateur Fabien Bedeoul bouclent ici leur diptyque consacré à deux hommes qui contribuèrent authentiquement à la fermeture du bagne de Cayenne : le reporter Albert Londres et le prisonnier Eugène Dieudonné. Grâce à ses nombreux combats pour la vérité et la dignité humaine (la fermeture du bagne ne fut pas sa seule cause !), le premier a donné ses lettres de noblesse à la profession de journaliste. D'ailleurs, le prix du meilleur reportage attribué chaque année porte aujourd'hui son nom. Quant à Dieudonné, il est l'incarnation de la vie gâchée par l'erreur judiciaire : 13 ans de bagne pour un crime qu'il n'a pas commis, au sein de la bande à Bonnot. Les séquences narratives alternent les démarches de Londres à Paris, les flashbacks sur la vie passée de Dieudonné et sur l'évasion qu'il réussit bel et bien, mais APRÈS la décision de sa grâce, et parce que sa prise en compte intervenait trop tard. Désormais complet, le diptyque se montre tout aussi instructif que passionnant. Il dévoile des pratiques politiques et des questions de société d'un autre temps, tout en accordant la mesure universelle à la notion de liberté. Il met surtout en exergue la dimension humaniste et éthique d'Albert Londres, qu'un dossier final signé par l'historienne Danielle Donet-Vincent parachève dans le détail. Au dessin, Fabien Bedouel continue de décliner un style semi-réaliste tout en clairs-obscurs très prononcés, dans une veine artistique mignolesque qui forge son style.

voir la fiche officielle ISBN 9782352046141