parution 01 novembre 2006  éditeur Les Humanoïdes Associés  Public ado / adulte  Thème Heroic-fantasy

La meute de l'enfer T3

Le secret de la Sibylle

Enfin arrivée sur le territoire romain déchiré par les guerres barbares, la meute rajeunissante se frotte à de nouveaux évènements surnaturels. Une accumulation un peu lassante de pérégrinations historico-fantastiques...


La meute de l'enfer T3 : Le secret de la Sibylle (0), bd chez Les Humanoïdes Associés de Thirault, Kovacevic, Checcaglini
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Les Humanoïdes Associés édition 2006

L'histoire :

A la demande de la reine Theodora Augusta, la « meute de l’enfer » s’est reconstituée et s’est mise en quête du « tribut des dieux ». Emmenés par Epidemnos, surnommé « l’oiseau », les 5 membres de cette petite troupe sont chacun dotés d’une compétence fantastique et d’un art du combat bien particuliers. A mesure qu’ils progressent dans leur odyssée, ils s’aperçoivent qu’ils rajeunissent et qu’ils guérissent de leurs plaies. Ainsi « la panthère » recouvre la vue, l’« Aigle » guérit de ses cicatrices, « 3 mains » voit les doigts de son moignon repousser… D’un côté, leur périple est espionné à distance par Augusta, grâce aux pouvoirs de son mage Delenius. De l’autre, plane en permanence le fantôme revanchard de Moundhir le Harith, leur ancien maître qu’ils ont jadis assassiné. En effet, à l'époque ce dernier avait acquis des pouvoirs magiques incontrôlables, qu'il avait mis au service de divergences mégalomanes. Embarqués à Carthage, ils gagnent à présent le port de Terracina au sud de la péninsule italienne. Ils découvrent alors un pays déchiré par les guerres barbares. D'anciennes croyances sont réapparues, aussi bien chez les goths que chez les romains, imposant des sacrifices stupides et cruels. Sans le savoir, Epidemnos répand alors un fléau radical : la peste noire…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

En somme, la meute de l’enfer (5 guerriers + 1 fantôme), c’est un croisement entre les 4 fantastiques et les 7 mercenaires, qui traverseraient la Rome antique à son crépuscule, c'est-à-dire au temps des invasions barbares. L’époque en question, tourmentée et encore peu exploitée en termes de scénarii de BD, serait le meilleur atout de la série… Encore eut-il fallu qu’elle soit réellement mise en avant. Hélas, comme pour les précédents épisodes, Philippe Thirault empile à nouveau les péripéties fantastiques, de manière emphatique et un peu détachées. En outre au terme de ce 3e volet, le but du périple de la meute finit par être oublié. Que viennent-ils chercher, déjà, en Italie ? En marge des éclairs qui jaillissent des mains, des ectoplasmes vengeurs et des mutilations en série (on a compté 9 membres sectionnés et 5 décapitations), se dissimule pourtant une période charnière qui posa les prémices religieuses et sociales de notre civilisation occidentale. Bref, on a connu le scénariste sous un jour mieux inspiré (cf la fille du Yukon ou l’exquise Epaisse couche de sentiments). On se console alors en focalisant sur le changement de dessinateur : hormis pour la couverture, le danois Christian Højgaard est en effet remplacé par le serbe Drazen Kovacevic, qui fait montre d’une plus grande finesse de trait. Le dessin y gagne beaucoup en clarté et en précision, mais il y perd sans doute un chouilla en spontanéité…

voir la fiche officielle ISBN 9782731616750