parution 13 octobre 2010  éditeur Les Humanoïdes Associés  Public ado / adulte  Thème Horreur, Anticipation, Fantastique - Etrange, Thriller

Sanctuaire redux T4

In hell we trust

Seul rescapé du sanctuaire, Culkin propose néanmoins de le traverser pour sortir de cet enfer sous-marin. Ellen, elle, parvient à échapper à ses poursuivants. Avant-dernier opus d'une relecture rafraîchie de Sanctuaire : toujours frissonnant !


 Sanctuaire redux T4 : In hell we trust (0), bd chez Les Humanoïdes Associés de Betbeder, Bec, Crosa, Digikore studio
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Les Humanoïdes Associés édition 2010

L'histoire :

En Syrie, en 1935, une fouille archéologique financée par le régime nazi met à jour une ouverture au dessus de l’ancienne cité d’Ougarit, alias l’ancien temple de Baal. Tandis qu’il l’explore en compagnie de l’archéologue en chef, un officier allemand abat d’un coup de feu un jeune ouvrier autochtone devenu dément, avant qu’il ne l’attaque. Puis, quand il découvre enfin l’objet de leurs recherches, le « puits des abîmes », recouvert d’un gigantesque pentacle, l’officier cherche également à abattre l’archéologue. Celui-ci le pousse dans le trou et s’enfuit, projetant de reboucher cette découverte et la puissance de feu que visiblement elle représente. 95 ans plus tard, le deuxième classe Culkin est le seul rescapé de l’exploration du même sanctuaire, à partir d’une cavité sous-marine. Une entité a priori démoniaque a tué ses compagnons dans des conditions d’horreur ultime. De retour à bord du sous-marin USS Nebraska, coincé dans le machélodon, il prend connaissance de la mutinerie qui a eu lieu à bord. Il est mis aux arrêts, envoyé au médecin du bord pour analyses. Le nouveau maître de bord Baldwin, comme fiévreux depuis quelques heures, craint en effet une contagion. Culkin, lui, propose pourtant d’utiliser le sanctuaire comme issue de sortie : à un endroit, à l’intérieur, il a senti un courant d’air…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Dans cet avant-dernier opus de Sanctuaire redux, les évènements se démarquent désormais franchement de la série mère Sanctuaire dont elle est inspirée et génétiquement métamorphosée. On suit cette fois 3 fils distincts. Primo, et c’est désormais de coutume, un flashback nous renvoie en l’année 1935, date à laquelle le fameux sanctuaire a originellement été exhumé, côté surface terrestre. Le scénariste Stéphane Betbeder empoigne alors sans vergogne le mythique cliché du nazi pilleur de tombe en quête de puissance maléfique. On retrouve ensuite les évènements brûlants de l’an 2030, à bord de l’USS Nebraska, où la question du sanctuaire maudit en guise que voie de sortie, se concrétise. Certes, le climat de tension, de démence y est toujours palpable… mais moins prégnant que sur les précédents volets. De même, à l’exception du flingage de deux éminents membres d’équipage, le gore et l’horreur se font presque oublier. Enfin, aux USA, la traque sur Ellen (en combinaison d’astronaute, pour contenir les émissions de la puce implantée en elle !) offre la meilleure progression d’intrigue de l’opus. Au sein d’un découpage en chapitres adapté à la publication comics, le dessin de Riccardo Crosa s’adapte toujours idéalement aux contextes avec un soin tout particulier porté aux prises de vue, au rythme et à la gestion des ambiances angoissantes. De fait, même en connaissant par cœur la trame de base, on prend beaucoup de plaisir à la redécouvrir sous un angle nouveau et toujours parfaitement haletant…

voir la fiche officielle ISBN 9782731622898