parution 01 novembre 2008  éditeur Paquet  Public ado / adulte  Thème Humour

Dipoula T1

Mbolo

Le quotidien d'un petit albinos gabonais et de ses copains au sein d'un orphelinat. Entre humour potache et dure réalité... Une série à destination des fans de Titeuf et autres petits garnements de la BD...


 Dipoula T1 : Mbolo (0), bd chez Paquet de Sti, Pahé
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Paquet édition 2008

L'histoire :

« Mbolo (ça veut dire bonjour) les amis ! Je suis Dipoula. Je grandis en Afrique, au Gabon, avec mes copains Blazé et Cissoko. Je suis un noir-blanc : un albinos quoi ! Ça m’a d’ailleurs valu d’être déposé comme un petit cadeau devant l’orphelinat de la ville, mes parents ayant peu apprécié cette farce du destin. Moi c’est certain, je voudrais être comme les copains : bien noir, des pieds aux cheveux, plutôt que de ressembler à un médicament. Blazé a même concocté une potion magique copiée dans un livre de recettes mystiques : un vieux slip, des poils d’animal (bon là on a remplacé par les cheveux de la mère sup’)… pour une grosse explosion. Pour se sentir moins seuls, on a même le droit d’avoir un animal à nous. Cissoko a un singe qui fait des crottes en forme de bonbons (ouais d’accord ça a pas le même goût !) et moi j’ai mon bon vieux Gruik, un énorme cochon super sympa qui remplace à l’occasion vélo, machine à nettoyer les WC, voire une bonne sœur pour nous accompagner au ciné. Le hic, c’est la cantine et ses ignobles choux de Bruxelles qui nous font détester la Belgique et ceux qui osent prononcer cet abominable nom. Plutôt que de nous expédier ce légume, des dicos ou des suppos, nous on préfèrerait que la Croix Rouge nous envoie Adriana Karambol, les bras chargés de bonbons et de Coca… J’ai l’air de me plaindre, mais même si un jour quelqu’un veut de moi, je sais pas si je pourrai les quitter… »

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Après deux albums autobiographiques (modestement intitulés : La vie de Pahé) déclinés avec humour et corrosivité, Pahé nous présente un sympathique garçonnet, fruit d’une collaboration judicieuse avec Sti. Destinée à un jeune public, cette nouvelle série nous permet de suivre les péripéties d’un albinos gabonais d’une dizaine d’année, qui vit dans un orphelinat. L’angle choisi est toujours l’humour, au rythme d’un gag par planche. Le comique de situation est ici adapté au lectorat des cours de récré : un poil «zizi-pipi-caca » sans vulgarité ; avec des adultes caricaturaux qu’on peut, enfin, montrer du doigt ; des quantités de bêtises qui permettent aux enfants d’en faire par procuration… Les auteurs ne se contentent pourtant pas d’en rester là et sous couvert de vouloir en rire, ils abordent, sans tomber dans la démagogie larmoyante, des thèmes moins superficiels tels que la pauvreté, la solitude, la vision colonialiste occidentale de l’Afrique ou la difficulté d’être différent. Ils gagnent rapidement leur pari, puisqu’en très peu de planches (même si les gags ne font pas mouche à tous les coups) le petit Dipoula devient super attachant. Reste alors pour l’orphelin à ne pas souffrir trop longtemps de la comparaison avec la progéniture de Zep et à prendre rapidement ses distances du cousin européen. Titeuf a depuis quelques années atomisé le genre, il est donc nécessaire de se démarquer. Car faire mieux semble un défi plus que difficile à relever…

voir la fiche officielle ISBN 9782940334933