parution 26 août 2011  éditeur Soleil  collection Secrets du Vatican
 Public ado / adulte  Thème Esotérique

L' Apogée des dragons T1

L’Héritage ancestral

Acquitté par Nuremberg, un ancien nazi archéologue découvre un passage vers l’Agartha sous le Wewelsburg. Un spin-off de L’ordre des dragons qui poursuit plaisamment le thème galvaudé de l’occultisme nazi…


L'Apogée des dragons T1 : L’Héritage ancestral (0), bd chez Soleil de Corbeyran, Rodier
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Soleil édition 2011

L'histoire :

Il y a bien longtemps, au temps des croisades, un deal entre chevaliers chrétiens et musulmans tourne au massacre. L’objet du litige était un précieux calice, apporté par un mystérieux cavalier cuirassé… Fin avril 1945, au terme d’un bombardement intensif de Berlin, la victoire alliée est acquise. Hitler et Goebbels se suicident dans leur bunker. Parmi ses derniers ordres, le Führer fait inonder le métro de la capitale, afin de bloquer la progression des troupes russes. Cette inondation noie plus d’un millier d’allemands réfugiés là pour échapper à la pluie de bombe. Parmi eux, se trouve Paula, qui parvient à agripper une échelle échappatoire juste à temps. Elle croit halluciner lorsqu’entre deux eaux, elle aperçoit 4 créatures marchant dans un couloir en portant un sarcophage… Quelques heures plus tard, des officiers allemands acceptent la reddition en se rendant à un QG américain. Parmi eux, l’archéologue et sous-lieutenant Ernst Schäfer se défend d’avoir souscrit à l’idéologie nazie. Il s’explique en disant qu’il en a accepté les promotions dans l’unique but de pouvoir poursuivre ses recherches scientifiques. Le procès de Nuremberg l’acquittera en effet, étrangement… A son terme, il est contacté par Hermann Bartels, un architecte qui veut négocier une protection identique. Bartels lui délivre en échange une information top-secrète : il avait été sollicité pour restaurer le nid d’aigle d’Hitler à Wewelsburg. Or selon lui, en dessous d’une tour, se trouve toujours un accès à quelque chose d’occulte et de puissant…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Ce premier tome de L’apogée des dragons est un spin-off de L’ordre des dragons, managé par Jean-Luc Istin. Sans doute débordé par ses nombreuses casquettes, le prolifique scénariste de la maison Soleil a confié cette série parallèle à un autre scénariste très fécond : Eric Corbeyran. Il n’y perd pas au change : Corbeyran est un as de la narration séquentielle et du dialogue pertinent. On a beau ici retourner une nouvelle fois le bon vieux cliché de l’occultisme nazi dans tous les sens, pour peu qu’on accepte ce postulat, on se laisse volontiers prendre au jeu. Dès lors, le récit est emmené par des personnages issus de la série mère (Ernst Shäfer, Eva Wilson…), ce qui n’empêchera pas le néophyte de s’y retrouver. Les évènements se déroulent après la seconde guerre mondiale et envoient les héros dans l’Agartha, une civilisation souterraine totalement dantesque, qui voudrait empêcher une catastrophe annoncée… à découvrir en lisant l’album. Quant à lui, le fan de la série mère adoptera d’autant plus volontiers cette suite que le dessinateur est le même : Denis Rodier. Son coup de crayon réaliste est clair, propre et précis dans tous les compartiments du job, quoiqu’un tantinet académique. Ce qui est loin d’être un défaut ! Quelques séquences et scènes restent longtemps gravées dans les esprits (le métro inondé, le cœur de l’Agartha). A suivre…

voir la fiche officielle ISBN 9782302011274