parution 01 janvier 2010  éditeur Soleil  Public ado / adulte  Thème Heroic-fantasy

L' epopée de Gilgamesh T1

Le Trône d'Uruk

Adaptation en Bande Dessinée de la célèbre légende mésopotamienne, avec force et brutalité : la destiné d'un jeune roi corrompu par le pouvoir et les dieux. Une réalisation graphique d'envergure, de toute splendeur !


L'epopée de Gilgamesh T1 : Le Trône d'Uruk (0), bd chez Soleil de Blondel, Brion
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Soleil édition 2010

L'histoire :

Gilgamesh est le fils du roi Ludalbanga et prince héritier d’Uruk. Il est un fier et cruel guerrier craint et redouté de tous. A son nom, tous ses adversaires tremblent d’effroi. Au terme d’une farouche bataille, l’heure est venue pour lui de regagner sa cité et de prendre la place de son père. Recueilli par le monarque Agga de Kish, dont il est devenu le fils adoptif, il mena ses guerriers de victoire en victoire. Nonobstant, étranger à sa propre cité, il annonce à son protecteur que cette bataille fut la dernière sous la bannière de la puissante cité de Kish. Il se doit d’honorer la mémoire de son père, dieu parmi les mortels, héros parmi les rois. Gilgamesh est ainsi dieu au deux tiers, et humain pour un tiers. Son désir intense de vengeance brûle toujours en lui. Il ne rêve que de tuer de ses propres mains l’usurpateur Dumuzi. Dix ans après, la prêtresse Ishtar, vénérant la déesse Inanna, pressent le retour du roi d’Uruk. Elle empoisonne le régent Dumuzi, privant une seconde fois Gilgamesh de sa vengeance. Rentrant en héros dans la cité, le futur jeune souverain reconnaît son ami Birhurthur, celui-là même qui l’avait sauvé – ou sauvé le régent ? – lors de son départ 10 ans auparavant. Gilgamesh retrouve également la prêtresse Ishtar et se remémore leurs jeux d’enfants. Tous deux ont pris un rôle important dans la cité. Fraichement couronné, le jeune souverain se révèle tyrannique et inactif. Ce qui amène le père de tous les dieux, Anu, à lui donner une leçon divine, grâce au massif d’Endiku. Uruk retrouve alors sa superbe d’antan et Gilgamesh sa renommée. Ishtar voit ainsi tous ses plans machiavéliques et manipulateurs réduits à néant…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Ce premier tome narre le retour sur le trône d’Uruk, de l’héritier déchu, ainsi que ses premiers exploits guerriers. Gilgamesh est une légende : ce fut le premier roi sumérien, dont l’histoire fut contée sur l’un des plus anciens textes retrouvés datant du deuxième millénaire avant JC. Julien Blondel a pris des risques en mettant en scène cette légende mésopotamienne. Mais le résultat est là, avec une ambiance mêlant habilement heroïc-fantasy et histoire mythique. Car il s’agit de conter sa légende, et non de faire un récit riche en rebondissements, actions ou suspens. Le charisme des personnages, notamment celui de Gilgamesh, donne tout l’intérêt à l’album. Nous y retrouvons bien évidemment tous les ingrédients de ce type de récit : duels, batailles, divinités, barbares, fresques épiques et dieux joueurs. Force est de constater que tout rappelle les aventures de Conan. Il est bien connu que le pouvoir corrompt… Les dessins d’Alain Brion (Les insurgés d’Edaleth) sont sublimes. La réalité et l’intensité rendues des combats (vitesse, mouvements, ambiance) sont impressionnantes. Graphiquement, c’est une petite merveille, avec des mises en couleurs vives et énergiques. Le tout n’est pas sans rappeler Frank Frazetta. Le dessin traité à la palette graphique nous fait admirer des guerriers typés et brutaux, animés par des mouvements ultra réalistes et une gente féminine plus douce et charmeuse que jamais. Que dire des scènes de combats épiques et des décors grandioses. Seul petit point noir de l’album : le revirement brusque et soudain de Gilgamesh au contact des dieux. A noter que l’épopée de Gilgamesh a déjà fait l’objet de nombreuses adaptations, dont les plus notables sont celles de Bottéro et de Silverberg. Malgré quelques petites faiblesses scénaristiques, cette grande réussite graphique fait attendre avec impatience le second opus. Celui-ci traitera des combats héroïques de Gilgamesh qui lui attireront la colère des dieux, avant de conclure dans un troisième tome par sa quête d’immortalité et de l’unique survivant du déluge.

voir la fiche officielle ISBN 9782302009677