parution 27 avril 2011  éditeur Soleil  Public ado / adulte  Thème Fantastique - Etrange, Thriller

Pandemonium T3

Mort blanche

Tandis que Doris découvre peu à peu les manigances et horreurs qui sont monnaie courante à Wawerly Hills, la maladie la rattrape. Dans ses conditions, que va devenir sa fille Cora ? Fin glaçante pour une série à frissons.


 Pandemonium T3 : Mort blanche (0), bd chez Soleil de Bec, Raffaele, Pradelle
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Soleil édition 2011

L'histoire :

Alors qu’elle séjourne avec sa fille malade au sanatorium de Wawerly Hills, Doris est rapidement envahie par d’étranges sentiments. Il semble en effet qu’il se passe quelque chose d’effrayant au sein de cet hôpital dans lequel elle a elle-même été soignée pour tuberculose, 11 ans auparavant. D’abord, sa fille est tourmentée par des hallucinations : elle décrit des fantômes qui hantent l’endroit pour y avoir péri de la maladie dans d’atroces circonstances. Et puis les pratiques médicales la gênent. En particulier, les séances d’électrochocs prodigués à sa fille. Il y a aussi ce mystérieux tunnel qui semble accueillir un train transportant une drôle de marchandise. Enfin, elle rencontre un journaliste qui lui présente les méthodes de l’établissement comme barbares et orientées, pour le profit de ses dirigeants. Pour en avoir le cœur net, Doris s’introduit dans le bureau du médecin chef. Elle constate avec effroi que les médicaments prescrits aux malades sont obsolètes. En particulier, aucun antibiotique n’est administré. Mais le pire reste à venir : surprise par le médecin, Doris subit ses assauts. Elle ne doit son salut qu’à son courage qui l’a fait mordre violemment le pénis de son assaillant. Pourtant, rien n’est gagné, car la jeune femme se sait à nouveau victime de la tuberculose. Une violente crise la laisse d’ailleurs inerte et à la merci des responsables de l’établissement. D’ailleurs, malgré ses promesses, convaincu que Doris n’en n’a plus pour longtemps, le directeur confie la petite Cora à l’ignoble Dr Stadia, pour expériences…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Étayés par une narration sous tension, les deux premiers tomes de cette série mêlant horreur, suspens et incursions fantastiques, nous proposaient une balade frissonnante au cœur des années 50, dans un établissement supposé soigner la tuberculose. Ectoplasmes, pratiques médicales douteuses, enquête journalistique alimentaient alors avec maestria, dans une atmosphère savoureusement oppressante, l’ensemble du mystère scellé derrière ces lugubres bâtiments. En parfait contrepoids, l’angélisme de la gamine tirait quant à lui bien fort par le poignet, pour que même les moins friands de tambouille horrifique restent scotchés. Bref, on bavait d’impatience d’en connaitre la conclusion… Sans pour autant tomber des mains, cette dernière est, cependant, loin de se hisser au niveau des tomes précédents. Certes voilà livré à notre curiosité le fin mot de l’affaire, le rôle de chacun et le sort réservé à la plupart, mais l’ensemble manque peut-être un chouya de subtilité. Du coup, le scénario fonce tête baissée dans les travers du genre, à renfort d’hémoglobine, de torture, de violence ou de scènes de sexe malsaines. A l’évidence, la volonté est de nous rendre les vilains très vilains et de porter l’horreur dans ses plus sombres retranchements. De ce coté là, c’est plutôt bien joué. Mais on pourra regretter qu’au-delà, ça ne serve pas l’intrigue plus que ça, pour qu’au final l’effet de surprise tombe à plat. C’est pourquoi, contrairement à ce qu’on avait pu croire, il faudra peut-être réserver l’exercice aux purs amateurs du genre : il s’agit peut-être avant tout et exclusivement d’un récit d’horreur, sans d’autre intention que de mettre mal à l’aise de bout en bout. A vous de voir donc…

voir la fiche officielle ISBN 9782302007987