parution 01 novembre 2008  éditeur Soleil  Public ado / adulte  Thème Anticipation, Science - fiction

Prométhée – cycle 1, T1

Atlantis

Dans un futur proche, une série d'événements surnaturels laisse la communauté scientifique sans voix. Et si ces phénomènes étaient tout simplement oeuvre divine ? Mise en place d'une intrigue forte, par un orfèvre du suspens expérimenté...


 Prométhée – cycle 1, T1 : Atlantis (0), bd chez Soleil de Bec, Gérard
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Soleil édition 2008

L'histoire :

En septembre 1513, quelque part dans la jungle luxuriante sud américaine, un petit groupe de conquistadors cherche à pénétrer au cœur des mythiques cités indiennes que la légende décrit regorgeant d’or. Las de cette quête utopique et infructueuse, les explorateurs sont surpris lorsqu’apparaissent au détour d’un sentier les restes d’un engin spatial… Quelques 500 années plus tard, la navette Atlantis s’apprête à quitter Cap Canaveral pour une ultime mission. Mais ce 21 septembre 2019 à 13h13 (Temps Universel Coordonné) précises, le vaisseau disparait des écrans de contrôle sans plus d’explication : la procédure d’autodestruction est immédiatement enclenchée. 24 heures plus tard exactement, à la seconde prés, en chaque point du globe, toutes les montres, horloges qui ornent monuments, ordinateurs ou poignets cessent de fonctionner à l’unisson. Harcelés de questions, les spécialistes de tous bords ne peuvent apporter aucune réponse logique et possible à cet arrêt soudain, si ce n’est y voir l’œuvre de la main de Dieu : un comble pour des scientifiques ! Pour continuer de semer le trouble, au même instant, l’antique mécanisme d’Anticythère, jusqu'alors immobile, s’active comme par enchantement … et s’arrête à nouveau, 3 heures plus tard, laissant les horloges reprendre leur chemin…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Pour ceux qui n’auraient encore jamais tenu entre leurs petits doigts musclés ce que le commun des chroniqueurs nomme pompeusement « un opus de mise en place », le présent ouvrage en est plus que l’illustration : une référence. Christophe Bec possède une science inégalable pour faire monter la tension, pour faire perler sur les tempes de ses lecteurs d’énormes gouttes de sueurs que seul le dénouement de l’intrigue est capable de calmer. Un art qui lui permet de faire languir le client, de le préparer, tome après tome, à l’explosion. Pour Prométhée, pas question de déroger à la règle. Il plante donc quelques banderilles qui ont tôt fait de nous agripper : une énigme étrange qui oscille entre science-fiction et mythologie ; une mise en scène époustouflante dans laquelle il pose savamment le décor en jouant avec de subtils allers-retours avec ceux que l’on suppose être les principaux protagonistes du récit (une planche ou deux, un moment « T », un personnage, une information). Les seuls bémols à opposer au scénario pourraient prendre racines dans l’abondance d’informations technico-scientifiques qui n’ont pas toujours un grand intérêt, et du ton un peu encyclopédique des passages évoquant la mythologie. On touche ici, du doigt, les limites d’une abondante documentation. Graphiquement, l’ouvrage ne fait pas regretter que Christophe Bec se soit remis au crayon pour un trait photographique (on aime ou pas) et l’utilisation des ombrages qui cadrent parfaitement avec la tension du récit. Bref, une ouverture de série qui donne très envie d’avoir tôt ou tard le souffle coupé. A lire incontestablement… à 13h13 !

voir la fiche officielle ISBN 9782302004429