parution 12 juin 2019  éditeur Soleil  Public ado / adulte  Thème Historique

Révolutions - Quand l'Histoire de France a basculé T3

1356

En 1356, tandis que le royaume de France est en lambeaux, un mercenaire breton se confronte au climat de guerre civile qui pourrit Paris. Une chronique de l’Histoire de France méconnue : érudite mais confuse.


 Révolutions - Quand l'Histoire de France a basculé T3 : 1356 (0), bd chez Soleil de Pécau, Clark, Vicente, 1ver2anes
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Soleil édition 2019

L'histoire :

En 1356, au début de la guerre de 100 ans, le roi français Jean II le Bon essuie une terrible défaite à Poitiers. Ses dix-neuf chevaliers de l’Etoile sont massacrés par les troupes de son ennemi anglais, le Prince noir, et lui-même est obligé de présenter sa reddition. Tandis qu’il est emprisonné et emmené à Londres, les détrousseurs de cadavres récupèrent ce qu’ils peuvent sur le champ de bataille. L’un des vaillants soldats du roi se relève pourtant, couvert de sang, mais bien vivant et toujours hargneux. Conan de Nesle, mercenaire breton, n’était donc qu’étourdi et il a réchappé au massacre. Il récupère une hache, une épée, un cheval et prend la direction de Paris, espérant trouver là-bas un nouvel engagement. Chemin faisant, il gagne un compère pédestre de voyage, Jan, un soldat flamand. Ensemble, ils se retrouvent pris dans une jacquerie très violente, menée par des coquillards. Ils sont alors aidés par une troupe au service de Charles II de Navarre, commandée par Arnaud de Barre. A l’issus du combat, ce dernier lui indique une adresse et lui donne une bague en tant que laisser-passer, pour se faire engager à Paris. Conan et Jan rejoignent alors la capitale et se séparent une fois arrivés au pied de ses murailles. Conan se rend à l’auberge indiquée par Arnaud de Barre…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Cette 3ème Révolution prend pour contexte l’année 1356, soit 19 ans après le début de la guerre de 100 ans. A l’époque, suite à ses défaites, le royaume de France est en lambeaux. Le territoire est petit à petit cédé à l’ennemi anglais et c’est en plein marasme, sur les cadavres de la défaite de Poitiers, que nous faisons connaissance avec le personnage central de cette chronique guerrière, Conan de Nesle. Ce breton est un mercenaire au service d’un roi français prisonnier, donc d’emblée libéré de son engagement. Nous allons le suivre dans son périple jusque Paris, où il se confrontera aux prémices de la longue guerre civile qui s’ensuivra. Il s’opposera notamment au prévôt des marchands, Etienne Marcel – qui donnera son nom 550 ans plus tard à une station de métro de la ligne 4. Comme (trop) souvent chez Pécau, le scénario se dissout dans une foule de références et d’anecdotes que l’érudit scénariste semble à tout prix vouloir caser dans son récit. Les dialogues bavards et les encadrés narratifs peinent à fluidifier la psychologie du personnage, et à accorder les enjeux à « l’intrigue ». Le dessin est quant à lui morcelé entre deux artistes, Adriano Vicente (4 planches) et Manny Clark (toutes les autres), certes sans rupture de style, mais sans qu’on en comprenne les raisons. L’encrage réaliste est précis, particulièrement besogné et documenté, minutieux sur les décors et très rigide sur les personnages, qui tirent quasiment tout le temps des visages haineux. On peine ainsi à accorder une personnalité attachante à ce guerrier maculé de sang sur les 3/4 du récit… et surtout à savoir où le propos central cherche à nous mener. A l’issue de l’album, ok, on est fixé… mais on se dit aussi que cette date en particulier semble un peu perdue au milieu de dizaines d’autres moments névralgiques importants au cours desquelles l’Histoire de France a basculé (c’est la baseline).

voir la fiche officielle ISBN 9782302075382