parution 05 janvier 2011  éditeur Treize étrange  Public ado / adulte  Thème Aventure - Action, Historique

Achab T4

La jambe d'ivoire

Alors qu’il n’y croit plus, Achab rencontre à nouveau son ennemi mortel, Moby Dick, le fameux cachalot blanc. Combat à mort ultime ? Gloire ? Défaite ?… Commencement ? Dernier volet de la préquelle du célèbre roman.


 Achab T4 : La jambe d'ivoire (0), bd chez Treize étrange de Mallet
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Treize étrange édition 2011

L'histoire :

Assis sur le pont du Pequod, un majestueux baleinier, Achab Hawthorne fait passer le temps en sculptant ses exploits sur une dent de cachalot. Il est seul… Même la venue de son frère sur son bateau, pour un traditionnel Glam (une rencontre organisée entre les équipages de deux navires qui se croisent), ne parvient à lui décrocher qu’un maigre sourire. Il est bien loin le temps où, gamin, il rêvait tout comme son père et ses frères avant lui, de harponner la baleine. Bien loin le temps de ses voyages en terre cannibale. Bien loin le temps d’Emily… Car en travers du chemin, il y a un gigantesque cachalot blanc : Moby Dick, un monstre des mers responsable du décès de son père et de son frère ainé. Aussi, depuis lors, Achab n’a plus qu’un but : accrocher l’animal à son tableau de chasse. Cette obsession lui a déjà coûté beaucoup : des amis, sa femme et son futur bébé, le rejet de sa famille et des citoyens de Nantucket ou le commandement d’un baleinier. Pourtant, le destin semble à nouveau lui faire du pied. Le commandant du Pequod succombe en effet à de fortes fièvres, laissant de fait à Achab Hawthorne, qui est l’officier suivant dans la hiérarchie, la responsabilité du navire. Comme le craignait l’équipage, leur nouveau capitaine met rapidement le cap sur un endroit mystérieux qui les éloigne des eaux habituelles. Ainsi, au matin du 30 novembre 1845, Achab et ses marins aperçoivent, jaillissant des flots, un souffle gigantesque, bientôt suivi par la remontée en surface d’une impressionnante carcasse blanche : Moby Dick est de retour. Les marins souquent ferme. Les chaloupes s’approchent. Achab arme son harpon puis l’envoie vers l’animal d’un jet puissant…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

En bouclant le 4e tome de cette préquelle passionnante, Patrick Mallet passe définitivement le relais à Herman Melville. Désormais, en effet, c’est du côté de Moby Dick qu’il faudra se tourner pour continuer d’apprécier l’implacable duel livré par notre entêté capitaine et ce fameux cachalot blanc… Toujours soumis à une impeccable tension parfaitement synchrone à la folie obsessionnelle de son héros, ce dernier tome n’est peut-être pas, sur le plan de l’intrigue en elle-même, le plus abouti. En effet, il y a sans doute un peu redondance à retrouver, une nouvelle fois, Achab prenant la mer, à plusieurs reprises, pour retrouver et combattre son ennemi (ce sera également le cas dans Moby Dick !). Et même si notre talentueux scénariste nous fait une petite surprise en permettant à notre héros de rassasier sa soif de vengeance (mais n’y a-t-il pas encore plus surprenant ?), on finit par trouver un peu longuet ce défi. Pinaille, peut-être... Pinaille évidemment, au regard des prouesses narratives (mise en scène, fluidité, velléités épiques…) dont fait preuve Patrick Mallet pour nous accrocher de bout en bout. Car très habilement, il creuse à merveille le sillon de l’étonnante psychologie du héros et use du roman originel pour s’amuser à lui créer quelques justifications. C’est bien fait et particulièrement prenant. Au point de nous laisser, d’ailleurs, d’immenses regrets à quitter la série… Rehaussé d’une colorisation parfaite, le travail graphique fait, quant à lui, à nouveau sensation. Appliqué, parfaitement cadré et au diapason de l’intention dramatique, il joue, malgré sa simplicité, la gamme parfaite des émotions. Un pari réussi, en tous cas, que cette réappropriation d’un des plus fameux classiques du roman d’aventure. A ne pas manquer.

voir la fiche officielle ISBN 9782723474092