parution 21 avril 2010  éditeur Vents d'Ouest  collection Terres d'origine
 Public ado / adulte  Thème Sentimental

Les yeux d'Edith T2

Calvados

Comment va réagir Fernand, lorsque son jumeaux Gérard reprend son propre rôle auprès d'Edith ? Conclusion en mi-teinte d'une intrigue familiale « de terroir », entre le thriller rural et la chronique sentimentale.


Les yeux d'Edith T2 : Calvados (0), bd chez Vents d'Ouest de Djian, Ryser, Moreau
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Vents d'Ouest édition 2010

L'histoire :

En Normandie, dans les années 50, l’audacieux et fier Fernand Préval a accepté d’endosser le rôle de son frère jumeau Gérard, timide et souffrant d’un sévère problème d’élocution, dans son idylle naissant avec la belle Edith. Mus par une confiance réciproque, les deux ados se sont arrangés, le temps que Gérard guérisse : il est suivi par un orthophoniste, spécialité médicale naissante. Edith, elle, n’y voit que du feu : elle est persuadée de sortir avec Gérard, qu’il est secrètement guéri et elle en pince sévèrement pour lui. Toutefois, les progrès de Gérard sont fulgurants. Plus tôt que prévu, il annonce un jour à son jumeau, qu’il peut enfin tenir son propre rôle et profiter pleinement des bras d’Edith. Fernand est quelque peu décontenancé par ce subit changement de rythme : il a fini par s’attacher à Edith et craint surtout de ne plus recevoir sa « rente » de 3 francs par mois. Il se plie néanmoins de bon gré à la transition (car Gérard continue de le payer…) et dès le premier rendez-vous, Gérard et Edith couchent ensemble, dans le foin. Ils sont alors espionnés par Isabelle, la copine d’Edith. Celle-ci en veut à mort à sa copine de ne pas avoir été dans la confidence de cette relation. Elle se venge fort mesquinement, en inventant une histoire auprès de son oncle, en pleine campagne pour la mairie. Elle lui dit en effet, que le père d’Edith, un de ses nouveaux hommes de main, est un ancien « rouge ». Un coup de théâtre se produit alors à quelques jours de l’élection, tandis que Fernand bout de plus en plus, intérieurement…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Pour remplir le cahier des charges de Terre d’origine, collection mettant à l’honneur le terroir français des années 50-60, le scénariste Jean-Blaise Djian a imaginé ce récit… entre deux eaux. D’une part, l’atmosphère de nostalgie requise est effectivement générée, notamment grâce au dessin feutré, tout en finesse et en nuances de Nicolas Ryser. L’air de ne pas y toucher, ses planches en 2D donnent parfois le sentiment de diffuser les odeurs champêtres de circonstance, ou de laisser entendre sonner l’angélus du clocher, ou Charles Trenet à la radio. Néanmoins, se greffe à ce contexte délectable une histoire d’amour et de famille un peu glauque, un peu thriller rural, mais qui manque de peps ou de tensions pour être tout à fait prenante. D’une part, on ne croit qu’à moitié à la psychologie des personnages : Edith n’est pas assez perspicace pour être crédible, quant à Fernand, son caractère, entre victime et monstre, demeure bien bancal. D’autre part, la thématique de « l’innocence brisée » est chère à Djian, et sur ce point l’auteur atteint toutefois son objectif. Autre atout : le déroulé du récit est imprévisible. Djian brouille les pistes, entretient le suspens… De fait, on ne sait jamais où le scénariste veut en venir. Or c’est aussi ce qui fait que cette histoire reste en permanence indécise quand à son positionnement : ce n’est pas tout à fait une histoire d’amour (ça manque d’émotion pour cela), ni un secret de famille surgissant (il y a certes secret, mais il reste secret), ni un polar (il n’y a pas d’enquête). Mais on chipote peut-être trop : ce diptyque reste tout de même très plaisant à suivre et parfaitement divertissant.

voir la fiche officielle ISBN 9782749304885