parution 22 janvier 2014  éditeur Delcourt  collection Contrebande
 Public ado / adulte  Thème Fantastique - Etrange

Midnight Nation

(intégrale)

Coincé dans un Los Angeles parallèle, l'inspecteur David Grey doit traverser le pays aux côtés d'une jeune femme prénommée, Laurel afin de récupérer son âme, qu'on lui a dérobé. Une randonnée mystique à travers l'Amérique des laissés pour compte.


Midnight Nation, comics chez Delcourt de Straczynski, Frank, Milla
  • Notre note Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2014

L'histoire :

L'inspecteur David Grey est appelé en plein milieu de la nuit sur une scène de crime: un jeune homme a trouvé la mort, dans une ruelle, au cours, semble-t-il, d'une exécution sommaire. Un homme attire son attention et le met sur la piste des tueurs, une sorte de bande organisée que les paumés du quartier se contentent de nommer «les gars». Hélas, l'indic disparaît avant de pouvoir en dire plus. David le retrouve sur une autre scène de crime mais cette fois en tant que victime, découpé en morceaux. A la poursuite du seul suspect à sa connaissance, un certain Jaeker dont l'indic lui avait confié le nom, David retrouve sa piste, mais ce dernier est protégé par un groupe de spectres qui attaque le policier et le met KO. Alors qu'il reprend conscience à l’hôpital, David se rend compte que les gens autour de lui ne le voient plus et qu'ils semblent disparaître eux-mêmes peu à peu. Mais une jeune femme, bien tangible et capable de le voir, vient à sa rencontre. Elle se prénomme Laurel et elle sera son guide dans une longue marche allant de Los Angeles à New York, où David devra réclamer son âme, qui lui a été dérobée.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Si jamais vous avez eu la malchance de ne pas encore avoir lu Midnight Nation, frottez-vous les mains car autant vous le dire tout de suite, il est tout de même assez rare de pouvoir lire un comic qui soit à la fois aussi volumineux et aussi difficile à reposer. Paru il y a de cela déjà dix ans aux Etats-Unis. et déjà publié dans nos contrées par Semic, Midnight Nation débute comme un polar avant de se transformer en un road-trip surnaturel confrontant son personnage principal, l'inspecteur David Grey, aux aspects aussi bien positifs que négatifs de la psyché humaine. Si cette description vous paraît déroutante, rassurez-vous, Midnight Nation se rapporte plutôt, dans sa forme, aux meilleurs romans de Stephen King avec une thématique et des personnages simples, un décor profondément planté dans une Amérique aux valeurs universelles et une narration qui vous emporte et ne vous lâche plus. On saluera aussi le soin apporté à des personnages secondaires qui réussissent à être touchants et attachants, même lorsqu'il ne font que passer, le temps d'une douzaine de pages. Il y a quand même des choses qui fâchent. Le début est assez lourd et Straczynski, à force de clichés, n'arrive pas à rendre crédible le monde réel: un comble ! Certains éléments s'avèrent, par la suite, saugrenus ou incompréhensibles (Jaekel, par exemple). La symbolique est souvent dénuée de finesse (grey='gris' en français, ouaiiiis!) et on a fréquemment une impression de déjà-vu. Mais le vrai point noir est la traduction française - celle de la première édition française, chez Semic - qui comporte des erreurs certes sans gravité mais regrettables telles que des contradictions avec le texte original ou des absurdités, et qui se fracasse grossièrement sur les rares traits d'humour. Les illustration de Gary Frank sont impeccables - même si son style est un peu impersonnel - et les planches parfaitement lisibles. Malgré ses maladresses et une certaine naïveté dans son propos, Midnight Nation est un très bon comics, sincère et porteur d'un joli message sur ce qui nous anime et nous fait toujours garder l'espoir en des jours meilleurs.

voir la fiche officielle ISBN 9782756041940