parution 24 mars 2011  éditeur Emmanuel Proust Editions  collection Atmosphères
 Public ado / adulte  Thème Anticipation, Thriller Graphic Novel

Do Androïds Dream of Electric Sheep ? T1

Chasseur de primes, Rick Deckard est en charge de la « réforme » de 6 des derniers prototypes d’androïdes produits, des Nexus-6… Premier volet d’une adaptation dense et ambitieuse du chef d’œuvre de Philip K. Dick qui inspira le film Blade runner.


 Do Androïds Dream of Electric Sheep ? T1, comics chez Emmanuel Proust Editions de K.Dick, Parker, Blond
  • Notre note Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Emmanuel Proust Editions édition 2011

L'histoire :

Comme chaque matin, son orgue d’humeur tire Rick Deckard de son sommeil. La programmation de celle de sa femme n’étant pas la même, il arrivait fréquemment qu’ils se chamaillent au levée. Cette fois, il accepte de la laisser se prélasser au lit, un peu plus. Il se résigne à ne reprogrammer son humeur qu’après l’avoir consulté. Selon le nombre choisit, l’humeur de la journée s’en trouve considérablement modifiée. Un accord trouvé et un petit-déjeuner rapidement expédié, Rick Deckard sort. Avant de partir travailler, il fait un détour par le toit où il parque son mouton électrique. Le robot imite les caractéristiques de l’animal – vivant – qu’il eut autrefois. Rick est heureux de posséder un mouton. Cependant, il envie son voisin qui, lui, détient un vrai cheval. Un privilège rare qui vaut une fortune. Si Rick réussit le travail qui lui a été récemment confié, il pourrait alors peut-être s’offrir pareille folie. Car Rick Deckard est chasseur de primes, en charge de la « réforme » des derniers androïdes produits. La fabrication d’androïdes est devenue indissociable de l’effort de colonisation. Rick doit retrouver 6 spécimens en fuite, de type Nexus-6, et les retirer définitivement de la circulation…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Bercé par les souvenirs entêtants du film (Blade runner) et motivé par la dernière réussite comics en date chez le même éditeur (The Last days of American crime), le lecteur s’empare de ce premier album – sur trois à paraître – avec envie. Cependant, rapidement, il faut reconnaître que cette entrée en matière s’avère difficile. Car là où Ridley Scott fit des choix très libres, Tony Moore choisit d’adapter le texte intégral de Philip K. Dick, le plus fidèlement possible. Si la force du propos s’avère décuplée, sa densité aussi. Et la complémentarité de l’image - un dessin dépouillé aux encrages nourris - parfois discutable. En outre, la traduction française souffre du même mal : scrupuleuse mais lourde, parfois... Ces remarques faites, elles ne doivent ABSOLUMENT pas vous empêcher de (re-)découvrir cette nouvelle visionnaire et incontournable du genre SF. Autrement plus riche que l’univers aux néons abimés sublimé à l’écran, Les Androïdes rêvent-ils d’un mouton électrique ? étonne encore par sa sagacité et son actualité. Warren Ellis, Ed Brubaker ou Matt Fraction rendent ainsi hommage (en annexe de ce premier volet) au caractère visionnaire de l’œuvre et de son auteur. Tony Moore souhaita, lui, se placer sous l’étoile de Philip K. Dick – dont une énième réalisation, L’Agence, est actuellement visible dans les salles, après Total recall (inspiré de We can remember it for you wholesale), Minority report, A Scanner Darkly et donc, Do Androïds dream of electric sheep ?. L’aventure est lancée et elle commence par ces mots : « A l’ origine, j’avais un mouton » (Rick Deckard)…

ISBN 9782848103259