parution 05 mars 2004  éditeur Panini Comics  collection Presse Marvel
 Public ado / adulte  Thème Fantastique - Etrange, Super-héros

Spider-Man (revue) – V 2, T50

La faim au ventre (kiosque)

Spidey qui lutte contre Digger, un vilain shooté aux rayons Gamma, l'Homme Sable qui découvre des aspects inédits de sa personnalité, Venom qui repointe son vilain museau et J.J. Jameson en psychanalyse sont les réjouissances proposées ici !


 Spider-Man (revue) – V 2, T50 : La faim au ventre (0), comics chez Panini Comics de Jenkins, Straczynski, Wells, Hanna, Haspiel, Kieth, Faucher, Ramos, Romita Jr, Buccellato, Factory studio, Kemp, Gentile, Avalon studios, Dodson
  • Notre note Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

L'histoire :

Au sommaire de ce numéro (kiosque) :
- Amazing Spider-Man (vol2) #54 : The balancing of Karmic Accounts (Il faut payer l'addition) : Digger était un tueur professionnel. La vendetta l'a poussé à utiliser les rayons Gamma pour devenir un monstre surpuissant capable de se venger. Mais l'Araignée ne compte pas le laisser faire...
- Peter Parker : Spider-Man (vol 2) #56 et #57 : Reborn, part 1 and 2 (Renaissance 1 et 2 : Le retour de l'Homme Sable) : Peter pensait connaître par cœur l'Homme Sable, mais il ne s'attendait certainement pas à être confronté au subconscient de son vieil ennemi...
- Spectacular Spider-Man (vol 2 ) #1 : The Hunger (La faim au ventre) : Flash, un des meilleurs amis de Peter, est maintenu dans un coma artificiel, son esprit ayant été anéanti par le Bouffon Vert. Et comme si cela ne suffisait pas, le voici violemment agressé par Venom !
- Tangled Web #20 : Beyond the Moustache (Séance chez le psy) : Ceux qui le fréquente pourront l'avouer sous le sceau de la confidence :J.J. Jameson est sans doute le type le plus infect de N-Y. Son caractère de chien l'amène à devoir se soigner et le psy qu'il a choisi s'en mord déjà les doigts à la première séance...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Avec ce numéro 50, les fans du Tisseur ne seront pas déçus. On peut même dire qu'ils en auront largement pour leur argent, avec une pagination gonflée pour l'occasion. Le mensuel ouvre avec la superstar de la série : John Romita Jr, qui illustre avec brio un épisode de conclusion écrit par un J.M. Straczynski à la petite semaine. Non seulement il n'y a rien d'original dans cette aventure, mais en plus tôt y est assez prévisible. Le bon point (tout de même), c'est le rôle joué par de nombreux personnages secondaires, qui étoffent un peu ce duel annoncé entre Spidey et Digger. Quant à cette affaire de rayons Gammas trafiqués, oublions-la bien vite pour éviter d'être vert de colère. C'est en revanche avec grand plaisir qu'on aborde le travail de Zeb Wells, qui écrit une très curieuse parenthèse dans la rivalité très ancienne entre le Monte-en-l'Air et l'Homme Sable. Le graphisme distordu de Sam Keith ne fait que renforcer l'aspect étrange des manifestations du subconscient du vilain, qui en devient presque attachant. Cette fois-ci, on apprécie vraiment l'originalité de la démarche de ces deux artistes. Une fois sorti de ce drôle de chemin sablonneux, on goûte à nouveau à des saveurs plus classiques avec l'épisode qui donne son nom à ce numéro. Paul Jenkins et Humberto Ramos remplissent le contrat : du rythme, de l'action, du spectacle te un brin de suspens et l'affaire est dans le sac (de toile, bien sûr)... Enfin, même s'il est anecdotique, le chapitre final donne la vedette à J.J.J. Vous imaginez le moustachu hargneux chez un psy ? Hé bien Zeb Wells l'a fait ! Tordant de rire pour le lecteur, moins pour le toubib qui va ramasser ce boulet fumeur de havane ! Ici Dan Haspiel opte pour un style très cartoony, à la limite de la caricature. Bien vu et agréable ! Bref, un #50 à acquérir sans hésiter !