parution 01 février 2008  éditeur Xiao Pan  Public ado / adulte  Thème Chronique sociale, Sentimental Jôsei

Love, Fragments Shanghai

Passant d'un personnage à l'autre au sein des fragments d'une histoire commune, suivez les chassés-croisés de différentes relations parfois compliquées, comme peut l'être la vie. Beau, romantique, original et pourtant si classique. Un petit bijou !


Love, Fragments Shanghai  , manga chez Xiao Pan de Chaiko
  • Notre note Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Red Star Red Star Red Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Xiao Pan édition 2008

L'histoire :

Dans le bar classieux d’un building de Shangai, une jeune femme seule, Lily, attend que ses amis la rejoignent. Elle aime venir à l’avance et profiter du calme ambiant, elle qui arrivait toujours en retard à ses rendez-vous. Mais c’était avant, avant qu’elle ne change, avant que l’amour de sa vie ne meure dans un accident. Perdue dans ses réflexions, la jeune femme est alors sortie de ses pensées par la conversation d’une autre jeune femme, Wen, au téléphone avec son amant, qui ne viendra finalement pas la rejoindre… Quelques temps plus tard, cette dernière traîne au lit alors que l’amant en question, Long, la quitte pour retourner auprès de sa légitime future femme. Une fois seule, Wen médite alors sur cette relation apparemment sans lendemain qui heureux, relation originellement plutôt charnelle, épicurienne, et adultère avant l’heure. Alors que celui dont elle est maintenant amoureuse vient de lui annoncer qu’ils devraient éviter de se voir pendant quelques mois, le temps qu’il se marie tranquillement avec une femme qui plaira à son père, Wen fait donc le point sur cette relation, sachant pertinemment qu’elle suit une mauvaise voie mais continuant d’espérer tout de même que cet homme finisse par la considérer un peu plus… Un soir, alors qu’elle travaille tard au bureau, Lily reçoit l’appel d’un client qui n’est autre que Long. A l’approche de son mariage, celui-ci semble avoir le cafard et profite de cet appel professionnel pour inviter la jeune femme à dîner pour se changer les idées…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Love fragments Shanghai. Un titre étrange et pourtant si simple à expliquer. Le déroulement prend place à Shangai et chaque chapitre est l'un des fragments, parmi tant d'autres non racontés, d’une des histoires d’amour mises en scène. Ceux-ci forment le puzzle de différentes romances étroitement liées, entrelacées, par des protagonistes qui, chacun leur tour, jouent le rôle des parties unissant entre elles les pièces de ce jeu. L'on y suit principalement, par un jeu de rebonds savamment mis en scène, le chemin de deux couples d'amants, se trouvant, s'éloignant ou se retrouvant, et dont les personnages ignorent à quel point ils sont liés les uns aux autres. Les scènes ont beau être chronologiques, l'on se sent parfois un peu perdu dans l'alternance des protagonistes et du temps qui passe, laissant de longues périodes du scénario voilées, comme si le lecteur assistait à un résumé d'histoire sous forme de saynètes courtes, sorte de séance diapositives moderne condensant plusieurs années de séparations et de retrouvailles amoureuses. Mais l'effet est voulu, le lecteur perdant ainsi ses points de repères, qu'il retrouve ensuite en même temps que les couples se reforment, un temps perdus dans le flot de la vie puis reprenant pied sur le fil de leur destin. Le découpage est régulier, trois cases par planche, parfois modifié lors d’un moment important, et rappelle là encore la visualisation de diapos ou d’un roman photo. Les graphismes, réalistes et réalisés à la palette graphique, sont tout simplement sublimes et prouvent encore une fois que la Chine est un véritable vivier d’artistes talentueux. On notera d’ailleurs que cet album est né de la collaboration entre l’auteur et l’éditeur français, démarche intéressante quand on sait que de telles histoires n’auraient jamais été publiées dans leur intégralité en Chine, censure oblige.
Nicolas Demay

voir la fiche officielle ISBN 9782940380718

  • Sa note Red Star Red Star Red Star Red Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Red Star Red Star Red Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

Ce qu'un autre en pense sur la planète BD :

Pour une première publication hors de Chine, Love, fragments Shangai offre un sympathique aperçu du talent de son auteur, Chaiko. Graphiquement, ce one shot se distingue par son style très épuré. Peut-être trop pour certains, avec ses décors effacés et ses personnages aux visages lisses, sans relief. Mais cela confère un aspect presque onirique qui se marie plutôt bien avec le scénario et la mise en scène, fortement inspirée du cinéma moderne. D’ailleurs le découpage des cases et l’absence de phylactères (nos bien chères bulles) nous donnent parfois l’impression de lire un storyboard. Ce mimétisme avec le monde du cinéma est voulu, comme nous indique l’auteur dans sa postface. Le scénario va également en ce sens, ces tranches de vie exposées, ces quêtes et questionnements rappellent le travail de quelques cinéastes contemporains, comme Sofia Coppola. Ne vous attendez pas à une intrigue saisissante, avec des rebondissements et des tensions. Ici on accompagne juste des personnages dans leurs questionnements sentimentaux, dans un quotidien où l’amour paraît insaisissable. Au final, son manhua est certainement plus interculturel qu’il ne se l’était imaginé et ne manquera pas de trouver son public. A se procurer si vous appréciez ce type d’exercice.