parution 10 avril 2013  éditeur Casterman  Public ado / adulte  Thème Thriller, Fantastique - Etrange, Mondes décalés, Sentimental

Londres Santorin

Aller-retour

Exilé sur l’île de Santorin, un écrivain est confronté à une énigmatique mise en abyme : l’héroïne de son roman prend vie sous ses yeux ! Un thriller psychologique prégnant et teinté d’onirisme, sur une partition bichromique d’une grande élégance.


Londres Santorin : Aller-retour (0), bd chez Casterman de Drommelschlager
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Casterman édition 2013

L'histoire :

A Londres, l’écrivain à succès Tom Katz vit dans la déprime et la nostalgie de sa jolie et jeune femme Anna, récemment disparue en mer. Sa vie a perdu ses couleurs, il se sent cloisonné, vidé… il la voit sans cesse partout et ne peut plus penser à autre chose. Pour tenter de se libérer de cette emprise et de retrouver l’inspiration pour un prochain roman, il annonce à son éditeur et ami Edgar qu’il va s’exiler un temps sur l’île grecque de Santorin. L’hôtel en bord de mer où il établit ses quartiers est luxueux et le climat merveilleux… mais les perspectives de Tom demeurent ternes. Il a la surprise de retrouver Margaret J.Cadbury, une journaliste réputée proche de la retraite, avec laquelle il s’entend très bien. Celle-ci lui apprend que l’hôtel vit au rythme d’une mystérieuse inconnue, Penelope Brown. Personne ne l’a jamais vue et pourtant elle alimente toutes les conversations. Le personnel a reçu des consignes strictes pour que sa table, son transat, son cocktail lui soient chaque jour réservés. Cette anecdote croustillante nourrit l’imaginaire de Tom, qui entame la rédaction de son nouveau roman. Le lendemain, c’est lui qui apprend une nouvelle à Margaret : il sait qui est Penelope Brown car c’est lui qui l’a créée ! Il a conçu cela en connivence avec le directeur de l’hôtel, afin de générer le « buzz » ! Pourtant, le directeur trouve désormais que cette idée est allée trop loin et veut cesser la rumeur. Tom refuse en bloc. Il va néanmoins être pris à son propre piège : dans les jours qui suivent, voilà que Miss Brown apparait en chair et en os, élégante et majestueuse, exactement comme il la décrit dans les pages du roman qu’il est en train d’écrire…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Si l’histoire de ce nouveau one-shot est totalement indépendante de son précédent Paris-New York, New York-Paris, Raphaël Drommeschlager n’en emprunte pas moins la même maquette, le même visuel blafard et le même appel au voyage en titre. Ici, on suit les pensées d’un écrivain qui s’exile à Santorin pour trouver l’inspiration et fuir le fantôme de sa femme. Il s’y retrouve confronté à un mystère qui confine à la mise en abyme. Le récit met un peu de temps à se déclencher, mais une fois lancé, l’énigme Brown ne lâchera plus le lecteur tout au long des 88 planches chapitrées. Comment est-il possible que cette femme fatale, inventée et issue de l’imaginaire d’un romancier, prenne soudainement vie ? Et surtout, comment est-il possible qu’elle fasse en direct ce qu’il est en train d’écrire sur elle ?! Le héros écrivain est-il victime d’une conspiration ou fou ? Mâtiné de thriller psychologique, le récit converge vers un meurtre digne d’Agatha Christie, puis diverge vers un onirisme de rigueur, qui fait écho à la mystique de l’île grecque de Santorin. Plus on avance, plus on se demande comment Drommelschlager va se sortir d’une pareille intrigue… et pourtant l’explication sera cohérente, même si elle emprunte un ressort un peu « convenu ». Comme précédemment, Drommelschlager met en place cette histoire dans un noir et blanc légèrement sépia, la plupart du temps rehaussé de niveaux de gris, voire d’une petite touche de teinte orangée par endroits. Cette invariable ambiance bichromique fait évidemment écho au ressenti de la vie terne, mais gagne à de rares moment de lumineuses et chatoyantes couleurs, lorsque le merveilleux s’empare du récit (la présence d’Anna, l’escapade finale). Le trait fin et réaliste, d’une grande élégance, tend vers la ligne claire. Autoportrait de l’auteur (comme souvent), le héros évolue dans des décors classieux et côtoie des personnages expressifs… Bref, en auteur complet évoluant en marge des canons commerciaux du 9ème art, Drommelschlager a encore monté son exigence et sa maturité graphique d’un cran.

voir la fiche officielle ISBN 9782203033405