parution 12 février 2020  éditeur Delcourt  collection Mirages
 Public ado / adulte  Thème Sentimental

L' Arrache-coeur

Jacquemort, un psychanalyste qui rêve de s’emplir des pensées des autres en les analysant, débarque dans une campagne aux mœurs surréalistes. Réédition d'une adaptation ardue de l’œuvre déroutante et complexe de Boris Vian.


L'Arrache-coeur, bd chez Delcourt de Voulyzé, Morvan, Péroz
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2020

L'histoire :

Sacoche à la main, le Docteur Jacquemort franchit le grand portail de la maison. Il grimpe à l’étage pour découvrir Clémentine. Ventre énorme, alitée, la jeune femme pointe un révolver en direction d’une porte fermée… Voilà de quoi déstabiliser, pour le moins, notre Jacquemort. Clémentine est sur le point d’accoucher. Et depuis deux mois, ne supportant plus qu’on porte le regard sur son ventre difforme, elle a enfermé Angel, son mari. S’il lui prenait donc l’envie de sortir de sa retraite, il prendrait du plomb. Assisté de Mlle Culblanc, Jacquemort pratique l’accouchement. Mais en l’absence d’un bon vieux Larousse médical, notre homme ne sait pas vraiment comment s’y prendre. Car en réalité, s’il est bien Docteur, il est psychiatre avant tout. Et des accouchements, il n’en a guère pratiqués. Il parvient tout de même à mettre au monde, non pas un, mais trois garçons : Noël, Joël et un cas à part : Citroën. C’est donc l’heure pour le papa Angel d’être libéré. Jacquemort en fait rapidement son ami et confident. Il lui révèle, entre autres, la raison de sa présence et son objectif : le bougre est psychanalyste. Et il se sent si vide de tout, qu’il ambitionne de psychanalyser à tout va pour s’emplir des moindres pensées de ses sujets. Des choses les plus intimes aux secrets les plus poignants et à tout ce qui ne peut être avoué…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Après avoir impeccablement adapté L’écume des jours, Jean-David Morvan et Frédérique Voulyzé se sont attaqué en 2012 à une autre œuvre de l’incroyable Boris Vian, aujourd'hui réédité. Il s’agit d’ailleurs de la dernière publiée par le trompettiste-écrivain et qui, à l’origine, avait pour charge d’ouvrir une trilogie. Puisant allègrement dans le surréalisme pour un entrelac jubilatoire de poésie, d’absurde, de fantastique et d’humour vitriolé, l’exercice nous plonge dans le sillon du psychiatre Jacquemort. Ce drôle de zoziau a pour simple ambition de réaliser la psychanalyse intégrale. En « clair » (?) : s’emplir en psychanalysant les autres pour assimiler leur pensées. Chat et boniches (pour lesquelles l’exercice analytique se pratique à quatre pattes en de grands coups de boutoirs…) seront ses principaux sujets d’études. Pour le reste, le bonhomme se fera piéger dans un drôle d’univers où le temps se joue des mois. Où les citoyens organisent des foires aux vieux et se débarrassent sans rougir de leurs marmailles. Où la religion est un luxe. Et où les habitants confient leur honte à un pauvre bougre (La Gloïre) qui se charge de la laver contre un peu d’or. Sans oublier de vous parler de Clémentine, qui entretient de curieux rapports avec son mari et ses triplés (les trumeaux). Ou sans vous parler de limaces bleues qui donnent des ailes... ou de doigts surnuméraires qui apparaissent en clignant des yeux... Bref, voilà une jolie bordée à l’accès complexe et déroutant, permettant à Vian d’égratigner la psychanalyse à deux sous, la religion, la profondeur de l’âme humaine, le monde rurale et tutti-quanti. Le tout est servi avec burlesque, absurde ou poésie et porte une habile réflexion sur la parentalité (maternité), la liberté et la filiation. Adapté au 9éme art, l’exercice est des plus ardus. Et il faut reconnaître que sur le plan de l’accessibilité, ça coince un brin, là aussi. La substantifique moelle de l’œuvre est certes parfaitement transmise, mais l’ensemble reste savonneux et décousu. La force des jongleries sémantiques de Vian, capables de porter sans peine l’œuvre littéraire et son entrelac déstabilisant, n’agit ici pas un seul instant. Idem pour le dessin en noir et blanc qui manque fondamentalement de relief et entretient peut-être parfois la confusion. Pour autant, on sent l’envie rigoureuse de nous faire découvrir cette œuvre et son auteur. Et il n’est pas à douter que les plus curieux et les plus ouverts se précipiteront sur l’originale pour en goûter le parfum.

voir la fiche officielle ISBN 9782413026389