parution 09 mai 2012  éditeur Desinge&Hugo&Cie  collection Factory
 Public ado / adulte  Thème Chronique sociale

Le syndrome de Warhol

Affublé du costume du King, un homme tatoué du « 21 » sur le front est traqué par une équipe de tueurs constituée d'une monstruosité bleue, d'un sadique hispanique et d'un adolescent placide... Percutant et déroutant tout du long ! Rock'n'roll !


Le syndrome de Warhol, bd chez Desinge&Hugo&Cie de Cerqueux, Cren
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Desinge&Hugo&Cie édition 2012

L'histoire :

Trois mois qu’ils sillonnent les routes des Etats-Unis en quête de l’homme tatoué du nombre « 21 » sur le front. Pourquoi ? Ils en savent que dalle ! Mais Rossé Louisse, Jared et Ute ne lâcheront pas l’affaire. La commande émane du père de Ute, un scientifique ancien nazi spécialisé dans le clonage raté. Sa seule réussite est en effet la duplication de sa défunte femme en la personne de sa fille, Ute (monstruosité hermaphrodite et bleue de peau, soit dit en passant !). L’homme au « 21 » est aussi familier de l’hispanophone, Rossé Louisse, qui eut le plaisir de le torturer, privant l’homme désormais traqué, de la parole, en lui arrachant la langue ! Or Rossé Louisse finit toujours un boulot : question d’honneur. Enfin, Jared a lui cessé de s’interroger sur la nature humaine depuis les cours de biologie au collège. Il abat ses cibles sans sourciller. Bref, l’homme au « 21 » semble bien mal barré avec ces trois-là aux basques. Surtout qu’ils se rapprochent. Le jeune Jimmy, fan inconditionnel du King Elvis Presley, dit savoir où le fugitif se cache. Promettant à sa mère une belle récompense pécuniaire – avant, de fait, de l’envoyer outre-tombe – la fine équipe obtient enfin une information précieuse : il se cacherait dans une maison au fond des bois…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Voilà la réédition (cartonnée et avec une réduction tarifaire siouplait) d'une lecture déroutante mais percutante de bout en bout ! « Putain, c’est quoi ce délire ?! », dixit le personnage de Jared (pl. 80). Alors que le génie du scénario n’est révélé qu’en épilogue, le lecteur en prend plein la gueule, page après page, de vaines discussions pseudo philosophiques aux errements sexuels de la nature humaine… Renaud Cerqueux, docteur ès philosophie et rockeur à ses heures, balade son monde de belle manière au moyen de répliques saignantes – bien que souvent proches de l’absurde – et de personnages croqués dans le vif de caricatures types. En résumé, il est question d’Elvis et de sa mort présumée, de sa musique salvatrice bien sûr, de sexualité « déviante » ou étiquetée telle, de truands, de clonage, de la science donc mais aussi des Saintes Ecritures, du nazisme, du Salut du monde, etc. Un patchwork pour le moins casse-gueule qui transforme finalement l’essai avec une certaine jouissance, comme écrit plus haut. Le titre n’est pas innocent (en référence à l’artiste « pop art » éponyme). Au dessin, David Cren épouse un visuel décalé, de parenté « comics » possible, ne faisant pas dans la demi-mesure au niveau des postures, des faciès (de vraies « tronches » de psychopathes), de l’épaisseur des traits ou des couleurs prononcées. Les deux complices, Cerqueux et Cren, avaient déjà collaboré sur Dérapage édité chez Rackham. La récidive est convaincante, vraiment. Si le doute vous assaille par moment, sachez qu’au bout, un sacré pied rétroactif vous attend. Et pour laisser le mot de la fin – frappé du bon sens – à l’adolescent post-pubère : « A un moment donné, si tu ne veux pas perdre la boule, il faut choisir une façon de voir le monde (…) ». Rock’n’roll !

voir la fiche officielle ISBN 9782755609554