parution 11 février 2010  éditeur Desinge&Hugo&Cie  collection Factory
 Public ado / adulte  Thème Humour

Les chroniques de chair et d'acier

En un temps reculé et oublié de tous, Jérôme Fils de Crom, barbare plus terrible que le fameux Conan, fait régner sa loi sur les frontières septentrionales... Une parodie HF brute de décoffrage, assumée et réussie en tout point. Truculent.


Les chroniques de chair et d'acier, bd chez Desinge&Hugo&Cie de Pixel Vengeur
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Desinge&Hugo&Cie édition 2010

L'histoire :

Il fut un temps que même les Anciens n’ont pas connu, où Jérôme, fils de Crom, faisait régner sa loi : celle de la chair et de l’acier (d’où sans doute le titre ?). Le barbare, évadé d’une prison sans nom perdue dans les paysages enneigés des frontières hyperboréennes, était poursuivi par les loups. Les loups des forêts reculées – qui de fait arboraient un physique de lapins pour des raisons techniques – ne lâchaient jamais leur proie et le fils de Crom s’apprêtait à vendre chèrement sa peau, adossé à un rocher (pour éviter les traîtres coups du lapin, bien sûr). Le combat faisait rage quand, soudain, la pierre céda sous le poids du guerrier et découvrit un escalier qui s’enfonçait dans les entrailles de la terre. Plus bas, le Fils de Crom – qui s’y était engagé, curieux, et parce qu’il souhaitait fuir les lapins trop peureux, eux, pour s’y aventurer – trouva une chambre funéraire où trônait le cadavre d’un certain Igmar le Grand (dont personne n'a entendu parler). S’emparant de l’épée du feu viking, notre héros parvint du coup à se débarrasser des lapins plus haut, puis gagna Numalia, la ville non loin. Il y jouit d’une nuit de plaisirs bien mérités, dépensant sans compter les richesses qu’il avait de même extorquées à Igmar. Les aventures de Jérôme, fils de Crom, auraient pu s’arrêter là – au regard de la gueule de bois qu’il affichait le lendemain – mais elles ne faisaient que commencer…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Responsable de La légion damnée du IVe Reich ou encore de la série également parodique Black et Mortamère, Pixel Vengeur est un spécialiste du genre. Si même après avoir vu et lu la couverture de cet album affichant « 110 kilos de viande crue, des câpres et de la sauce barbare ! », vous en doutiez toujours, vous êtes en présence d’un détournement assumé (et réussi) des codes de l’héroïc-fantasy, entendue façon Conan le barbare. Logiquement, notre héros prénommé Jérôme, alias Fils de Crom, présente certes un QI proche de zéro, mais il a du courage à revendre (ou de l’inconscience) et une force brute surhumaine, l’épée en main. Ça va chier ! Le ton d’emblée décalé de la narration mêlant références contemporaines et termes d’époque aide le lecteur à prendre d’entrée ses marques. Découpé en chapitres d’aventures successives, l’album ne commet aucun impair et promet à tous les lecteurs de larges sourires non feints. Le code graphique choisi – la mise en couleur « vieillote » notamment – participe lui aussi du rendu parodique et rétro. La surprise ira jusqu’à reconnaître au fil des pages de prestigieuses références, comme Astérix et Obélix invités stars le temps d’un drakkar ! Au terme des 60 planches de ces Chroniques de chair et d’acier, le lecteur abandonne le barbare à regret. Si certains des chapitres font parfois un peu court (quand on aime, on ne compte pas), l’épilogue boucle le tout sur une dernière note tout aussi saugrenue qu’inattendue. En somme, truculent !

ISBN 9782755604764