parution 07 février 2020  éditeur Dupuis  Public ado / adulte  Thème Chronique sociale

Karmen

Une jeune femme qui vient de se suicider découvre que sa vie se poursuit parmi les vivants, qui ne la voient plus. Une histoire à la fois légère, drôle et profonde, racontée avec un grand talent visuel par Guillem March.


Karmen, bd chez Dupuis de March, Lopez
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dupuis édition 2020

L'histoire :

Depuis la petite enfance et les souvenirs de rentrée scolaire, Catalina et Xisco sont des amis très proches. Avec l'âge adulte, leur relation n'a pas perdu de sa force, même si leurs vies amoureuses ont pris des chemins indépendants. Enfermée dans la salle de bains de sa colocation de Palma de Majorque, Catalina vient de se trancher les veines du poignet. Encore consciente, elle voit entrer une jeune femme portant un costume de squelette, qui lui serre la main et se présente. Elle s'appelle Karmen, entame une petite danse devant la jeune femme, utilise ses toilettes de manière très sonore, puis l'emmène dans les rues de la ville. Cata ne veut pas sortir nue, mais cela n'aura aucune importance. Les gens ne la verront pas, elle traverse la réalité sur un autre plan, elle ne pourra plus mettre la main sur les objets du quotidien. Pas facile à accepter dans un premier temps, pourtant cette première balade a des côtés très agréables. Cata découvre qu'avec un peu de concentration elle peut flotter dans les airs, voire même voler au dessus des rues de la ville. Et puis Karmen est une amie très drôle, fantasque, qui lui apprend à apprécier cette sorte de vie après la vie où on profite des beautés du monde sans se poser de questions. Mais très vite, Catalina va croiser Xisco, alors qu'il est en train de téléphoner dans un parc de la ville. Il ne la voit pas, mais elle essaye par tous les moyens de se faire entendre de lui. Il faut à tout prix rétablir la vérité qui l'a conduite à ce geste suicidaire dans sa salle de bains.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Cette jeune femme nue qui se balade dans les rues de Palma de Majorque est un personnage attachant et drôle, plein d'innocence et de naïveté, qui très vite nous embarque dans son monde. On accepte les principes de ces silhouettes invisibles qui effleurent les humains sans les toucher, on partage la difficulté de ne jamais pouvoir changer le cours des choses. Les scènes se multiplient qui mettent en avant cette terrible situation pour Catalina, qui voudrait après sa mort exercer une forme de justice sur son passé. Guillem March est un dessinateur très talentueux, sa mise en scène du corps de son héroïne est un mélange d'élégance et de légèreté. Il parvient à ne jamais franchir la limite traduite par la gène de Catalina quand elle s'imagine vue par les hommes et les femmes qu'elle croise. Avant lui, Milo Manara a bien entendu mis en scène des multitudes de femmes dénudées. Mais là où l'italien organisait ses récits autour de l'érotisme, March reste dans le domaine du grand-public. Son style rappelle également Vittorio Giardino pour le classicisme de ses décors, ou Terry Moore dont on imagine qu'il aurait pu inventer cette histoire. Cata est une sorte de super-héros volant décalé et sans pouvoirs, ce qui en soi donne un charme unique à ce récit. L'auteur prend le temps de pages silencieuses dans des décors somptueux. Il découpe ses planches à la manière des dessinateurs de comics, accélérant ou ralentissant le mouvement de manière très habile. Son scénario décolle parfois vers des zones un peu plus fumeuses lorsque le rôle de Karmen au milieu des humains est décrit, mais très vite l'intrigue centrale autour de Cata, Xisco et les autres reprend le dessus. Un très bel album qui plaira autant aux amateurs de BD américaine actuelle qu'aux purs fans de franco-belge.

voir la fiche officielle ISBN 9791034733514