parution 03 avril 2009  éditeur Dupuis  Public ado / adulte  Thème Esotérique, Fantastique - Etrange

Rédemption T1

Oiseau noir

L'indien Chogan débarque à « Rédemption », une ville perdue au milieu du désert qui n'existe que pour un aréopage hétéroclite de criminels. Qu'y fait-il ? Comment en sortir ? Quand Christophe Bec s'inspire de David Lynch...


 Rédemption T1 : Oiseau noir (0), bd chez Dupuis de Bec, Mottura, Marquebreucq
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dupuis édition 2009

L'histoire :

Chogan Tomking, un homme d’une quarantaine d’années aux longs cheveux noirs ébènes, clairement typé indien, traverse l’Arizona à bord de sa décapotable. Une concentration de vautours sur le bas côté l’amène à s’arrêter auprès des carcasses d’une voiture et de son propriétaire. Chogan prend le temps de creuser une tombe et reprend la route. Plus loin, il prend en stop une jeune femme aguichante, Brittany Bingham, en panne. Ils profitent du voyage pour discuter un peu et faire connaissance, puis s’arrêtent in extremis à une station service. Le plein effectué, ils échappent de peu à une altercation musclée avec le pompiste (celui-ci matait Brittany par un trou des toilettes)… et repartent. Une heure plus tard, ils arrivent dans un mystérieux patelin, indiqué sur aucune carte, appelé « Death or redemption ». Sans qu’ils s’en aperçoivent, le panneau d’entrée indiquant 423 âmes, se modifie à leur passage en « 424 âmes »… Ils sont accueillis pas le shérif, un homme très méfiant, qui confond Brittany avec… un chien ! Il lui gratouille l’épaule et vérifie le coffre de Chogan, persuadé que ce dernier cache un cadavre. S’y trouve pourtant juste une valise, pleine de chemises, toutes identiques (Chogan n’aime pas faire la lessive). Le shérif les laisse passer, mais il demeure méfiant. Chogan et Brittany font alors une pause-déjeuner dans un snack…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Quoique bien ancrée dans nos schémas judéo-chrétiens, l’idée de cette ville purgatoire, assise dans une ambiance qui lorgne sur les films de David Lynch, est originale. On n’en sait précisément guère plus dans ce premier tome sur le sens et la finalité du contexte… mais on en devine tout de même les grandes lignes : Chogan atterrit là pour un bilan de ses actes, il n’en repartira (?) qu’une fois en paix avec lui-même et/ou l’entité supérieure qui régit le tout. Passé le plaisir de ce synopsis sympathique, reste tout de même à dynamiser le récit via des rebondissements imprévisibles. Sur ce sujet, Christophe Bec marque un autre point, s’écartant un tantinet de ses thématiques de prédilection (l’épouvante n’est pas vraiment au menu et aucune fosse sous-marine à l’horizon), mais gardant tout de même un certain cap (les caractères se révèlent progressivement, dans un huis-clos fantastique). Pour sortir des sentiers battus, Bec insuffle tantôt des idées insolites bienvenues (Brittany change d’apparence en fonction du regard qu’on pose sur elle), qui ne s’affranchit pas à d’autres moments de certains aspects grand-guignolesques (le juge, le kamikaze, le néonazi…). Bref, la galerie de personnages insolites qui jalonne ce microcosme onirique et parallèle, n’a pas fini surprendre, au gré des révélations sur le lourd passé de Chogan. Elle est en outre agréablement croquée par Paolo Mottura, déjà partenaire de Bec sur la trilogie Carême. Mottura fait sensiblement évoluer sa patte, en tendant du semi-réaliste vers un réalisme pas encore tout à fait au point. En effet, on note parfois des proportions bizarres, presque négligées, dans les visages ou les perspectives… ce qui, étonnement, renforce encore le paramètre « lynchien ». A ces personnages évidemment caricaturaux, l’artiste préfère toutefois insister sur l’immensité et la majesté des paysages, ceux des westerns, symboliques des vastes plaines de l’au-delà ? Une mise en bouche bien intrigante…

voir la fiche officielle ISBN 9782800143897