parution 07 avril 2010  éditeur Emmanuel Proust Editions  Public ado / adulte  Thème Thriller, Historique, Politique

Une balle dans la tête T2

Avec surprise, Angus a découvert qui avait grièvement blessé Nick. Mais McLochlain a peut être lui aussi été découvert... Fin de round en demie teinte, pour un polar noir plein de bonnes intentions.


Une balle dans la tête T2, bd chez Emmanuel Proust Editions de Corbeyran, Jef
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Emmanuel Proust Editions édition 2010

L'histoire :

Dans les années 70, en Irlande, lors d’un affrontement avec les forces de l’ordre, Nick Jones, le chef d’une cellule de l’IRA, est grièvement blessé : une balle reste logée dans sa tête, sans la moindre possibilité d’intervention. Parmi les membres du groupe extrémiste irlandais, Angus McLochlain semble le plus inquiet. En effet, il a peur que Graham, le frère de Nick, ne prenne le commandement des opérations pour de sanglantes représailles. Le destin lui offre cependant un sursis, puisque Nick reprend conscience. Angus propose alors, pour éviter une vengeance aveugle, de livrer le coupable. Ayant, 20 ans auparavant, vécu une expérience singulière au cœur d’un tumulus celte, il a le pouvoir de se plonger quelques instants dans le passé. L’expérience lui fait cadeau d’un coupable inattendu, dont il se garde bien de livrer l’identité aux deux frères. Prenant ses responsabilités, il le rencontre pour tenter de comprendre ses motivations. Mais ce dernier se dérobe, niant l’évidence à demi-mot. Puis McLochlain s’empresse d’aller rendre des comptes. Angus est flic. Un infiltré qui sent que le vent tourne et qui propose à son supérieur une intervention… sans savoir qu’il a été suivi.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

La première partie de ce diptyque avait merveilleusement allumé la mèche, en livrant à ce polar psychologique irlandais plusieurs angles judicieux (infiltration d’une cellule de l’IRA, pouvoir occulte, sentiments…). La conclusion fait, quant à elle, plus l’effet d’un gros pétard mouillé, n’offrant ni les belles rouges, ni les belles bleues du feu d’artifice attendu. Ils s’y étaient pourtant pris de la meilleure des manières, en campant leur intrigue dans les années 70 sur le sol irlandais. Ils avaient intelligemment centré le récit sur un personnage immédiatement charismatique, avec ses grosses moustaches, ses faux airs écolo, son passé touchant, ses prédispositions celto-chamaniques. La trame narrative semblait solide avec cette énigme de la balle perdue au fond de la tête d’un chef d’une cellule de l’IRA et les diverses conséquences qu’elle entrainait. Enfin, l’aiguillon des quelques révélations faites en fin d’ouvrage, nous emballait définitivement. Loin de ne pas remplir son office, cette conclusion semble somme toute un peu simpliste : chaque braise allumée pour nous saisir est ici trop rapidement étouffée. Évident le coupable du tir ; maigrelettes ses motivations ; stoppés les développements fantastiques (ou pas beaucoup plus exploités que dans le tome 1) : en quelques coup de feu et une explosion de grenades, voilà qui est bouclé pour notre plus grande frustration. Nous reste alors le sentiment que plus qu’un polar noir, il s’agissait du portrait d’un homme en lutte avec ses doutes et ses convictions antagonistes. Pourquoi pas ? Tout aussi responsable de l’effet happant rencontré sur le premier opus, le dessin de Jef se trouve ici un ton en dessous également. Si le travail réalisé sur les plans serrés est toujours impeccable, il devient plus grossier dans les autres situations. De la même manière, la mise en couleur nous fait moins d’effet (les contrastes sont moins marqués). Bref, un peu déçu…

voir la fiche officielle ISBN 9782848102757