parution 30 mars 2015  éditeur Futuropolis  Public ado / adulte  Thème Chronique sociale

C'est pas toi le monde

Renvoyé de cinq écoles, un enfant violent en grave échec scolaire fait sa rentrée dans une nouvelle classe dont la maîtresse semble en capacité de l’aider. Un premier album remarquable, sur un sujet excessivement délicat et compliqué.


C'est pas toi le monde, bd chez Futuropolis de Geffray
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Futuropolis édition 2015

L'histoire :

Au début, il n’y avait rien. Un gribouillis. Pas même l’ébauche d’un dessin. Puis les lignes s’emmêlent et semblent donner formes. On devine un enfant qui crayonne, seul, dans un coin. Puis un être masqué l’invite à entrer dans une pièce où d’autres visages paraissent le juger. Quand le couperet tombe, une autre voix se fait entendre : sa maman apparaît. Il est l’heure de se lever. Il faut se préparer pour l’école. Pendant que la jeune femme prend une douche, l’enfant, lui, émerge difficilement. Il mange ses céréales devant la télé. Il faut ensuite accélérer le pas. Le bus n’attend pas et ils ne sont pas en avance. Aujourd’hui, c’est carnaval. Bené – puisque c’est son prénom – fait sa rentrée dans sa nouvelle école, l’école des couleurs. Empreinte de cosmologie, sa directrice est persuadée que c’est l’occasion rêvée pour un nouveau départ. Car Bené a déjà été renvoyé de cinq écoles auparavant. « Elève très violent », c’est ce qui est marqué sur son carnet de suivi. Sa maman semble ne pas réellement saisir la détresse de son fils. En revanche, sa nouvelle maîtresse Valentine n’entend pas se laisser déborder…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Quand on a 25 ans et qu'on est un jeune auteur tout juste diplômé, s’attaquer d’emblée au sujet si sensible et complexe de l’échec scolaire peut sembler une vraie folie. Si cela n’avait pas été son projet de fin d’études, il est probable que Raphaël Geffray aurait choisi un angle éditorial plus simple pour la publication de son premier album en bande dessinée. Mais voilà, son projet, remarquable de maturité, a séduit la maison Futuropolis, experte dans l’édition d’œuvres exigeantes un peu à part. Car en effet, aussi bien graphiquement que narrativement, C’est pas toi le monde se démarque très largement du tout-venant et impose un style à la fois moderne, réaliste – encré dans la réalité quotidienne – mais aussi confondant de recul sur l’objet qu’il décrit, presque analytique voire grammaticale. Alternant crayonnés et aquarelles, Raphaël Geffray fait des choix très tranchés sur la manière dont il comprend son sujet. Situer par exemple son récit à « l’école des couleurs » mais assumer une vison N/B avec pour seules nuances des gris, avouez que c’est osé ! Proposer une psychologie des personnages au travers de masques suggérant une duplicité qui prendrait le pas – chez Bené par exemple – sur le moi profond en cas de détresse, lorsqu’il est acculé et mis en difficulté, ce n’est pas directement compréhensible et laisse bien des pistes d’interprétations possibles. Bref, durant toute la lecture de l’ouvrage, on est bousculé, chahuté, par une narration visuelle déroutante et des messages excessivement délicats, parfois complexes à décrypter. Pourtant, malgré un sentiment de perpétuel recommencement, l’auteur parvient à faire progresser son récit et son personnage avec. Si la conclusion rappelle étrangement les débuts, Bené n’est déjà plus cet enfant si réfractaire au monde qu’il était. Une nouvelle page s’ouvrirait-elle pour lui ? Un espoir, veut-on croire, qui fait du bien après tant de pages si poignantes. Un album remarquable, en tout cas, et une jeune signature à découvrir.

voir la fiche officielle ISBN 9782754810180