parution 01 août 2010  éditeur Futuropolis  Public ado / adulte  Thème Mondes décalés

Sous-sols

Une jeune femme se retrouve téléportée dans le cyclotron du CERN, qui a fait disparaître, en surface, la lumière du jour. Un décorticage original du phénomène de résilience, par un duo coutumier des univers oniriques.


Sous-sols, bd chez Futuropolis de Wazem, Tirabosco
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Futuropolis édition 2010

L'histoire :

Une jeune femme fait un bilan de sa vie. Depuis sa tendre enfance, elle a l’impression d’être décalée par rapport aux gens et aux choses qui l’entourent. Tout lui parait bizarre. Mais le plus bizarre est ce qui lui arrive cette nuit là : elle disparaît littéralement de son lit, pour se réveiller dans le couloir circulaire du gigantesque accélérateur de particule du CERN, sous Genève. Au même moment, en surface, sa sœur jumelle boit son café du midi dans un restaurant… en pleine nuit ! Le journal du matin revient sur la disparition de la lumière environnante, dont l’origine serait liée à l’accélérateur de particules qui aurait causé une sorte de trou noir. Elle se souvient de son enfance et sa sœur jumelle qui saignait souvent du nez. Par la baie vitrée, elle remarque que l’ex petit copain de sa sœur passe sur le trottoir. Elle cherche sur son téléphone portable si, à tout hasard, elle aurait conservé son numéro… Lui, entre dans la boutique d’une prêteuse sur gage, pour la braquer avec un révolver ! Or, la vieille propriétaire a plus d’un tour dans son sac et elle parvient à retourner la situation. Soudain, le téléphone du bandit sonne et celui-ci l’abandonne en prenant la fuite. La vieille femme répond à sa place et se retrouve quelques minutes plus tard à prendre un café en face, avec la jeune femme. Après s’être rendues compte de l’incongru de la situation, toutes deux en rigolent. Elles ignorent que le mari de la vieille est scientifique au CERN et qu’il vient juste de rencontrer la jumelle de la jeune dans l’accélérateur de particules, quelques centaines de mètres dans le sous-sol…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

On reconnaît bien la griffe onirique du scénariste Pierre Wazem à travers cette histoire bizarre de sœurs jumelles et de lumière qui disparaît… L’auteur de Koma met ici une nouvelle fois en scène des personnages sans noms au sein de différents pans parallèles de la réalité. Ceux-ci nous emmènent à travers une allégorie, une exploration originale du phénomène de résilience. Astucieusement, Wazem se sert des doutes scientifiques sur le potentiel physique – voire mystique – de l’accélérateur de particules souterrain de Genève (sa ville), pour semer le doute chez les personnages quant à la finalité de l’expérience qu’ils vivent – et surtout chez les lecteurs, quand à la finalité du récit qu’ils lisent. Néanmoins, il ne s’agit pas ici de creuser le mystère de la création (le bozon de Higgs traqué par le CERN est appelée la particule de Dieu), mais bel et bien les profondeurs de l’âme et ses meurtrissures. Les véritables Sous-sols dont il est question sont ceux de la psyché humaine, et ils mettent ici en exergue un traumatisme infantile. Le scénariste s’appuie sur le dessin si particulier, velouté, éthéré et bichromique (bleu-noir, à la craie ou au crayon gras) de Tom Tirabosco, son compère helvète avec lequel il a déjà commis Week-end avec préméditation et plus récemment La fin du monde. Sous sols est d’ailleurs très proche de ce dernier ouvrage, sur les plans narratif, graphique et sur l’intention globale de l’exploration de l’âme. Une expérience de lecture déroutante et agréable…

voir la fiche officielle ISBN 9782754803090