parution 01 octobre 2014  éditeur Glénat  Public ado / adulte  Thème Humour

Je pête donc je suis

Tout savoir sur les prouts : que sont-ils, pourquoi les fait-on, comment mieux les lâcher, les différences et les barèmes selon le volume sonore et l’odeur… Un bouquin essentiel et didactique pour briller en société.


Je pête donc je suis, bd chez Glénat de Applebaum, DiSorbo, Tébo
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2014

L'histoire :

Au cas où vous l’eussiez ignoré, un pet est un mélange de gaz (azote, dioxyde de carbone, hydrogène et parfois d’infimes quantités de méthane) produits par la digestion et expulsés par le rectum. Tout le monde pète, depuis la nuit des temps : les humains (en moyenne 10 à 14 fois par jour, environ 12,5 cl de gaz au total), les animaux, jadis les dinosaures et même les top-modèles. Cet acte naturel permet de se débarrasser des gaz indésirables, que les bactéries de notre flore intestinale a produit ou que l’on a avalé en mangeant. Certains aliments permettent de produire plus de gaz que d’autres (les flageolets sont réputés) ; certains autres permettent de les rendre nauséabonds (les œufs, le chou-fleur…) ; quant au volume sonore et l’odeur, ils sont déterminés par la conjonction complexe de plusieurs paramètres : la pression, le volume, l’humidité des fesses, la restriction… Avec de savants croisements, on peut ainsi classifier nos pets en plusieurs catégories, basiques ou élaborés : le revenant, le réveil-matin, la lune de fiel, la baudruche, le colvert-pervers, la grosse-caisse, la mitraillette, le parapet…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Dans la lignée des petits bouquins In pipi veritas et In caca veritas, qui transforment l’amusement scatologique commun en une vulgarisation scientifique pointue, rigolote et jamais grossière, voici un troisième volume qui complète judicieusement la trilogie. Enfin un livre ose aborder ce que les bonnes mœurs du XIXème ont (hélas) défini comme inconvenant. Enfin un livre déculpabilise et explicite cette irrépressible envie de s’esclaffer comme un garnement lorsqu’on en lâche une grosse devant la belle-deuche. On leur donne des petits noms, on en rit ou on en rougit, on peut aussi s’en servir comme arme de destruction massive : voici le tant attendu livre sur les prouts. Comme les précédents, il ne s’agit pas précisément d’une BD, mais plutôt d’articles au verbe bien tourné, trop rarement illustrés avec l’espièglerie nécessaire par l’inévitable Tebo, rompu à l’exercice. Après un premier chapitre sur les caractéristiques principales du pet (composition, mécanismes…), un second chapitre classe et croise les paramètres permettant de définir toutes formes de pets. Un troisième chapitre donne les techniques de base pour en profiter en toutes situations, avant qu’un quatrième ne délivre des conseils pour qui voudrait se spécialiser dans l’art difficile de lourder une pralouze. Le tout fourmille de citations et d’anecdotes et nous soulage surtout d’une info primordiale : il est scientifiquement prouvé que se retenir de péter est mauvais pour la santé (cela risque de faire passer du méthane dans le système sanguin !). Il y a même un organigramme décisionnel pour toujours trouver la bonne attitude lorsqu’on vient de lâcher une caisse. Profitons de la richesse du sujet pour étendre cette chronique à un florilège d’infos essentielles pour briller en société. Le saviez-vous : il est impossible de retenir un pet quand on dort. Même les cadavres pètent. Les pets des hommes sont naturellement plus volumineux que ceux des femmes. La termite pète plus que n’importe quel animal. Le record du monde validé par Guinness du pet le plus long est de 2 minutes 42 (incroyable !).

voir la fiche officielle ISBN 9782723497855