parution 30 octobre 2019  éditeur Glénat  collection 24x32
 Public ado / adulte  Mots clés Guerre / Historique

La Honte et l'oubli T2

Génocide

Deux frères engagés dans le conflit hispano-américain aux Philippines, mais séparés, tentent de se retrouver au milieu des luttes indépendantistes. Une fresque historique romanesque ardue à suivre, mais utile.


La Honte et l'oubli T2 : Génocide (0), bd chez Glénat de Harriet, Andres, Aguirre
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2019

L'histoire :

En 1897, Félix Esparza, un jeune adulte espagnol, s’engage dans la guerre que mène sa patrie colonisatrice aux Philippines. Il compte rejoindre là-bas son frère José, lui aussi engagé, mais pour lequel sa famille n’a plus de nouvelle depuis plus d’un an. L’objectif est aussi financier : Félix remplace le fils d’un notable, contre une rente de 1200 pesetas pour ses parents et ses jeunes frères restés au pays. Sur place, il découvre que les USA sont entrés dans la danse et pas qu’un peu. La force de frappe américaine est parvenue à un armistice, en août 1898. Félix n’a pas eu grande bataille à mener, car le rapport de force était quelque peu déséquilibré. Il a tout de même pris la mesure de la forte résistance des indépendantistes philippins, qui n’hésite pas à joueur double jeu – contre les espagnols et contre les américains. Un soir où Félix poste une lettre à ses parents, il est aussitôt enlevé par des activistes du Katipunan (le comité de lutte indépendantiste). Le dénommé Celso, un fougueux qui cherche vengeance, le conduit en jonque jusqu’au colonel Sandro Tumaneng, qui va le retenir prisonnier. Cela va lui permettre de faire passer un message à son frère José, qui survit retranché depuis plusieurs semaines avec sa garnison dans l’église de Baler. Lui et ses camarades ignorent qu’un armistice a été signé et ils résistent de forte habile manière au siège que leur mène une armée philippine très moyennement organisée…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Les espagnols Gregorio Muro Harriet et Alejandro Macho Andres bouclent ici une chronique familiale au cœur d’une guerre oubliée : la guerre d’indépendance aux Philippines à la fin du XIXème siècle. Nos leçons d’Histoire et notre postérité hexagonales occultent volontiers ce conflit auquel la France n’a pas participé. Et pourtant, à cette époque, Espagne et USA se sont affrontés en marge, visiblement, d’une forte rébellion indépendantiste, pour la possession de cet archipel majeur d’Asie. Plus d’un million de civils tués en trois ans… cela méritait bien un focus, bien que très romancé à travers le destin de deux frères combattants. Dans ce second volet, la narration d’Harriet continue d’être très dense et menée alternativement sur deux fronts : celui de Félix, enlevé par des indépendantistes, et celui de José, qui résiste à un siège dans une église retranchée. Comme au premier tome, on peine souvent à distinguer au premier abord les deux frangins, et par extension les deux types de séquences, le sens de la narration, et plus généralement les personnages. Le souffle historique n’est donc pas des plus fluides et immersifs, malgré le gros boulot graphique, réaliste, dynamique et encré d’Andrès qui fournit une mise en scène souvent spectaculaire. De nombreux renvois didactiques en bas de page et le propos général de ce diptyque font cependant œuvre de Mémoire.

voir la fiche officielle ISBN 9782344036556