parution 22 août 2014  éditeur Le Lombard  Public ado / adulte  Thème Chronique sociale

Coeur glacé

Un homme n’arrive pas à être heureux malgré une vie plus ou moins réussie. Un récit étrange et mélancolique qui joue sur une forme alambiquée et fascinante.


Coeur glacé, bd chez Le Lombard de Dal, de Moor
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Le Lombard édition 2014

L'histoire :

Il a tout pour lui : il est marié et malgré quelques difficultés de temps en temps, ils s’aiment. Il possède deux filles adorables : l’une est une artiste rêveuse, mais qui a eu des problèmes d’anorexie, tandis que l’autre est calme mais indécise dans la vie. Il a un bon job, il est directeur dans les relations publiques d’un grand groupe de presse. Comme beaucoup de monde, il travaille sans relâche et même s’il aime ce qu’il fait, il y a une grand part de stress dans son activité professionnelle. Il est plutôt beau et a de quoi vivre tranquillement. Pourtant, il se sent seul régulièrement et se pose de nombreuses questions. Il pense régulièrement à la mort et au néant et se demande si les autres font de même. Du coup, au supermarché, il interroge les gens qui font leurs courses à ce sujet. Beaucoup le fuient ou l’évitent tandis que des familles répondent avec joie qu’ils n’y pensent pas. Et pour cause : il n’y a plus qu’une chose qui compte aujourd’hui, c’est l’argent ! Le démon est partout et il faut consommer à tout prix, sans réfléchir…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Voici une bande dessinée atypique et dérangeante. On suit la vie quotidienne et banale d’un homme sans nom et sans repères. L’anonymat le rend encore plus commun, citoyen lambda au cœur du XXIème siècle. Pourtant, on va plonger petit à petit dans son intériorité. L’homme n’est pas heureux devant cette vie terne et morne. Le citoyen d’aujourd’hui n’est qu’un acteur sans relief, au rythme de vie triste et insipide. Malgré le bonheur d’une vie réussie (l’amour, la famille, le travail, l’argent), il erre sans but et sans envie. Le récit bascule alors dans une sorte de réflexion philosophique sur les concepts qui façonnent notre entourage. La publicité, la consommation, la mort, la musique, les biens matériels, le sexe… tout passe à une vitesse hallucinante, parfois sans paroles ni commentaires. Entre deux activités banales du quotidien, comme mettre de l’essence ou tondre la pelouse, notre homme s’adonne à des divagations métaphysiques et profondes. Le contraste entre ultra réalisme et le surréalisme de la pensée est saisissant et déstabilisant. Johann de Moor, de retour dans le 9ème art, maîtrise à la perfection ce décalage et offre une prestation graphique impressionnante. Le ton des couleurs est plein de douceur mais en même temps la mélancolie domine. Le fils de Bob de Moor se lâche dans les pensées et rêves du personnage dans des planches psychédéliques et fascinantes. Les liens ne se font plus et les réflexions et images s’enchaînent dans un désordre manifeste, imitant le désordre de l’esprit. Entre rêve délirant et réalité déprimante, l’album est une véritable résurgence du spleen façon Baudelaire ou Jean-Paul Sartre. La mélancolie vient justement de ce tiraillement du personnage qui a tout ce qu’il veut mais souffre dans son for intérieur, sans même comprendre pourquoi. Bien sûr, Gilles Dal en profite pour glisser quelques critiques amères sur nos sociétés modernes. Pourtant, c’est surtout l’état de mélancolie qui domine. Rarement une bande dessinée n’aura su aussi bien montrer le mal être intérieur. Une œuvre forte et glaçante.

voir la fiche officielle ISBN 9782803634095