parution 16 octobre 2019  éditeur Delcourt  collection Contrebande
 Public ado / adulte  Thème Fantastique - Etrange, Esotérique, Horreur Independant

Jenny Finn

Londres et ses quartiers sordides, du temps de la Reine Victoria. Alors qu'une petite fille est poursuivie par un vieux barbu, un gars costaud va lui venir en aide. Malheur à lui ! Une réédition d'un conte épouvantable !


Jenny Finn, comics chez Delcourt de Mignola, Nixey, Dalrymple, Stewart
  • Notre note Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2019

L'histoire :

Ce matin, comme chaque matin, les pêcheurs du dock de Londres maugréent sur leur triste sort. Quelle sombre époque pour ces hommes pétris de qualités et dont le pays n'offre rien d'autre que ce travail de chien ! En plus, la pêche est exécrable en ce moment : plus ça va, plus d'étranges petits poulpes se prennent dans les filets... A quelques rues de là, se joue une étrange scène dans un bordel. Pendant qu'un gosse vend le journal à la criée, s'époumonant : «Le tueur de putes a encore frappé», celles qui font le métier découvrent une horreur indicible dans une chambre. Ce qu'il reste de Mister Flangelgear ne peut pas être décrit : tout juste distingue-t'on encore les membres inférieurs et supérieurs, le reste de son corps étant constitué d'immondes tentacules. Un homme arborant un masque de cuir, le crâne recouvert de lamelles métalliques dorées fait alors son apparition, en disant qu'il va se charger d'évacuer cette mortelle et écœurante dépouille. La mère maquerelle et sa fille reconnaissent tout de suite celui qu'on surnomme «Le Premier Ministre» et elles ne comptent pas contester une seconde sa décision. Il prend des renseignements sur la victime : était-ce un régulier ? La patronne du bordel lui répond qu'elle l'a vu la semaine dernière et qu'il était avec la petite nouvelle, une certaine Jenny Finn...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Avec cet album, Delcourt remet au goût du jour une aventure qui date de 1999, à l'époque où Mike Mignola n'était pas encore l'auteur mondialement connu pour son Hellboy. Ce récit, imaginé pourtant comme devant être colorisé, connut une parution fractionnée aux States et... en noir et blanc. Donc, quasiment 20 ans après, c'est Dave Stewart qui se colle aux couleurs et le moins qu'on puisse dire, c'est que le résultat est probant ! Ne vous fiez pourtant pas à la couverture : c'est le seul élément graphique que vous trouverez de Mike Mignola, celui-ci étant co-auteur de l'histoire que Troy Nixey lui avait présentée naguère en quelques planches. Alors que nous réserve ce Jenny Finn ? Hé bien imaginez une sorte de condensé des Misérables, mais qui se situerait dans le Londres de l'ère victorienne, ajoutez-y une pointe de Jack l'éventreur et une grosse lichée de monstres lovcraftiens et vous aurez une petite idée du menu. Remarquez l'écriture, souvent proche de celle d'un conte et prenez comme second personnage principal un pauvre bougre et vous aurez alors une morale caustique des plus agréables, forcément douce-amère... Alors, même si le scénario se révèle être bien simple, la narration, quant à elle, est un vrai régal. La galerie de personnages vaut vraiment le détour, avec les gueules cassées des matafs et autres filles de joie peuplant les docks de l'époque. Quant au travail graphique de Troy Nixey, à la limite de la caricature,il séduit en permanence. Farel Dalrymple signe le dernier chapitre, dans la continuité directe de son prédécesseur. On suit donc le destin maléfique de cette Jenny Finn, qui ne peut qu'entraîner la perte de ceux avec qui elle tisse un lien. Si vous aimez les récits sombres et acidulés, vous aimerez à coup sûr, à plus forte raison si vous êtes fan de Mike Mignola. Mais on ne vous en dira pas plus, au risque d'être maudit !

voir la fiche officielle ISBN 9782413009030