parution 11 juin 2015  éditeur Editions Stara  Public ado / adulte  Thème Humour, Aventure - Action, Chronique sociale Independant

Comix Book

Publiée en 1974 par Marvel, le géant mainstream, Comix Book réunit des auteurs underground dans ses cinq numéros dont le meilleur ressort aujourd'hui. Un morceau d'histoire dont l'intérêt ne sera pas le même pour tous.


Comix Book, comics chez Editions Stara de Pekar, Spiegelman, Lee, Collectif, Toth
  • Notre note Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Editions Stara édition 2015

L'histoire :

Comix Book est une anthologie de quelques uns des meilleurs récits publiés dans la revue éponyme alors publiée par Marvel Comics, sous l'impulsion de Stan Lee, au début des années 70. On y retrouve les œuvres d'artistes désormais renommés tels qu'Art Spiegelman (Maüs dont on retrouve ici les premières pages), Alex Toth (Creepy, Eerie...) ou Denis Kitchen. L'ouvrage contient une introduction assez conséquente avec des avant-propos signés Stan Lee et Denis Kitchen mais aussi une explication complète de ce que fut et de ce que signifia la revue Comix Book, écrite par James Vance.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Nous sommes en 1973 et Stan Lee, alors éditeur chez Marvel Comics et bien connu pour être toujours aux aguets, remarque l'émergence et le talent de nombreux artistes officiant alors dans le domaine dit du comics underground. Ce bon vieux Stan entre alors en contact avec l'un d'eux, Denis Kitchen (alors lui-même éditeur au sein de la plus modeste Kitchen Sink Press) afin de pouvoir publier ces artistes sous l'égide de Marvel Comics. Bien entendu, cela nécessitait quelques concessions au niveau du contenu mais les deux hommes savaient ce qu'ils faisaient et un accord fut vite trouvé. Stan Lee fit publier Comix Book sous la bannière de Magazine Management Co., une filiale de Marvel, ce qui avait pour but d'une part d'éviter une filiation trop évidente avec la maison-mère en cas de dérapage mais aussi de permettre à Comix Book de s'affranchir du Comics Code d'alors puisque publié en tant que magazine (sacré Stan, va !). L'aventure tourna malheureusement court du fait d'une identité floue qui gêna la distribution de Comix Book et d'un lectorat trop faible. Voilà pour l'histoire. Qu'en est-il aujourd'hui de ce recueil, telle est la question. Ce qui joue pour ce Comix Book, c'est bien entendu de proposer un regard rare sur les conditions d'édition de l'époque (les diverses introductions sont en cela très intéressantes) et aussi un véritable who's who du comics underground (dont seul Robert Crumb, goûtant alors peu le concept de Comix Book, est notablement absent). Spiegelman, Green, Pekar, Toth... Difficile de ne pas trouver un triait ou un style qui capture l'intérêt. Loin des héros en collants, on plonge tête la première dans un trip à l'acide artistique parfois déroutant et souvent intrigant. Les défauts, maintenant ? Eh bien on va y aller franchement, quitte à froisser certains egos, mais s'il est toujours de bon goût d'enfiler un monocle et de parler Crumb en sirotant de la bière bio micro-brassée, à un moment, il faut admettre que c'est pas en collant une vingtaine de beatniks ensemble et en les arrosant de dollars qu'on fait des étincelles et que, parfois, quand on se ramasse, c'est pour une bonne raison. On sent vite que les auteurs sont soumis à des contraintes qui viennent enrayer la machine à créer : outre les contraintes imposées par Marvel (respectées à quelques rares exceptions), la brève vie de la publication laisse certains récits inachevés. Harvey Pekar nous embarque dans un Combat de rue célèbre qui accroche mais tourne court, Art Spiegelman ne va pas plus loin que ses premières pages de Maüs. Si certaines histoires sont sympathiques (Flip the bird [Note: en anglais, « to flip the bird » signifie faire un doigt d'honneur] est un strip iconoclaste jubilatoire), d'autres comme le longuet We Fellow Traveleers laissera de nombreux lecteurs sur le bas-côté. En conclusion et pour toutes les raisons précitées, Comix Book est une – petite – page de l'histoire de Marvel et de l'underground, un panel de talents qui permettra aux néophytes de (re)situer des noms connus du comics américain mais qui, en tous cas, ne mérite pas le titre d'opus incontournable et enthousiasmant que certains lui attribuent, histoire de faire cool. Un ouvrage intéressant mais qui, tout comme la revue originelle, ne convaincra aucun des membres de chaque camp (mainstream et underground) d'aller voir de l'autre côté.

ISBN 9782952816465