parution 11 décembre 2018  éditeur Graph Zeppelin  collection Vintage Collection
 Public ado / adulte  Thème Aventure - Action

Tarzan - L'intégrale Russ Manning T1

L'intégrale des newspaper strips - Tome 1, 1967-1969

Russ Manning est une légende des comics des années 60-70. Avec ce premier volume (290 pages au format à l'italienne) sur quatre prévus, on trouve la bagatelle de 650 strips quotidiens et 22 histoires dominicales, allant de 1967 à 1969. Épique !


 Tarzan - L'intégrale Russ Manning T1 : L'intégrale des newspaper strips - Tome 1, 1967-1969 (0), comics chez Graph Zeppelin de Manning
  • Notre note Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Blue Star Blue Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Graph Zeppelin édition 2018

L'histoire :

Ce matin, Tarzan jubile. Il est de retour sur ses terres bien-aimées, après s'être longtemps aventuré en d'étranges contrées. Tout à sa joie de retrouver sa maison, il n'a pas prêté attention à un énorme lion qui le suit à la trace. Le fauve bondit sur lui, dans son dos. Tombant à la renverse, le Roi des singes s'arme immédiatement de son couteau et s'apprête à porter un coup mortel à hauteur de la gorge du monstre qui le surplombe. Mais il reconnaît Jad-Bal-Ja, son vieux frère, bien résolu à saluer son retour ! Tous deux, sur le chemin, s'arrêtent aux pieds de la cabane qui a, dans un premier temps, abrité Tarzan et Jane. L'épouse du maître de la jungle n'y vient plus, elle préfère le confort des coussins de la maison à la rudesse des lianes et son mari la comprend bien. Alors qu'il aperçoit son domaine, le cœur et les pieds de Tarzan deviennent légers. Mais sa joie est de courte durée : il y a peu de monde dans les champs et personne ne le salue en retour de son signe amical. Quelque chose ne va pas. Tarzan court alors en direction de sa maison, il crie le nom de sa femme et celui de Korak, son fils, quand il tombe sur deux femmes en pleurs devant son cottage. Elles lui donnent un mot écrit de la main de son fils chéri : « Maman a disparu » !

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Dans sa remarquable préface, William Stout nous rappelle à quel point Russ Manning fut un artiste exceptionnel. Au regard, tout d'abord, de l'industrie des comics de l'époque. Déjà, dans ces années 60, deux gros mangeaient tout le gâteau et contrôlaient l'intégralité du marché des BD de super-héros, d'aventure et de science-fiction : Marvel et Dell Comics (« D.C. »). Ils étaient basés à New-York et qui n'était pas New-yorkais avait autant de chance de bosser pour eux que vous et moi de survivre dans la jungle chère à l'Homme-singe. Manning, lui, venait de la côte ouest. Certes, Dan Spiegle et Alex Toth étaient aussi des « westiens » à la valeur reconnue... mais ce qui a sans doute été déterminant pour Russ Manning, c'est qu'il travaillait pour le groupe commanditaire de DC. Sa curiosité intellectuelle et son ouverture d'esprit le conduisirent à beaucoup se documenter sur l'Afrique et, de fil en aiguille, d'abord enrôlé pour une série d'appoint pour Tarzan, il finit au bout de quatre années à en devenir le dessinateur attitré, lui qui, môme, lisait les romans empruntés à la bibliothèque municipale. Un travail de titan dont ce premier album livre le premier quart. Alors, que dire de plus sur l'artiste ? Que la richesse de son trait, en filiation directe de celui de Harold Foster, emprunte aussi à Alex Raymond et Burne Hogarth ! Que son art du jeu d'ombres et ses merveilleuses compositions proviennent aussi sans doute de sa passion pour les estampes japonaises ! Qu'il n'a jamais caché ô combien les parutions d'EC Comics avaient marqué sa jeunesse ! Que, passé maître, il était aussi très intéressé par des artistes européens tels que Hergé, Uderzo et Moebius ! Qu'il est un artiste tellement incontournable que le le Comic Con de San Diego délivre chaque année à l'artiste jugé comme le plus prometteur une récompense qui porte son nom ! Ah, et on allait presque oublier de vous dire que son travail d'adaptation des romans de Tarzan était directement supervisé par la Edgar Rice Bourroughs Inc, excusez du peu. Alors un geste vaudra mieux que tous nos mots : prenez le bouquin en main et mesurez tout d'abord sa qualité (de la reliure au papier), puis ouvrez une page, la première ou au hasard. Bon ben voilà, embarquez, c'est pesé ! Et ça vaut son pesant d'or...

ISBN 9791094169476