parution 28 septembre 2011  éditeur Panini Comics  collection Vertigo Cult
 Public adulte  Thème Fantastique - Etrange, Horreur, Humour

John Constantine - Hellblazer T3

Dangereuses manies (intégrale)

John Constantine a beau être un sorcier très puissant, capable de vaincre des démons redoutables, il ne peut rien faire contre le cancer qui le ronge... Le premier récit US de Garth Ennis enfin disponible !


 John Constantine - Hellblazer T3 : Dangereuses manies (1), comics chez Panini Comics de Ennis, Simpson, Hoffman, Dillon, Ziuko, Fabry
  • Notre note Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Panini Comics édition 2011

L'histoire :

Si certains seront ravis de voir le printemps revenir, ce n'est pas le cas de John Constantine. Le sorcier anglais a beau avoir tout vécu ces dernières années en affrontant des démons ou en perdant des proches, il ne s'attendait pas à souffrir de la sorte. Un matin, alors qu'un quinte de toux lui saisit la gorge, il crache une drôle de substance, plus solide que du sang ou de la bile. Inquiet, John se rend chez le médecin. Après quelques analyses, celui-ci est formel. Constantine a un cancer et il est en phase terminale. Les raisons sont nombreuses, il boit énormément et a toujours une clope au bec. S'il est mourant, pourquoi arrêter ? John décide alors de rendre visite à quelques uns de ses amis avant de claquer et le premier n'est autre que Brendan, lui aussi sorcier. Tous les deux boivent quelques verres en souvenir du bon vieux temps, jusqu'au moment où le comparse de Constantine révèle qu'il a trouvé une source d'eau bénite dans une cavité de son sous-sol mais qu'il a passé un pacte avec le diable. Or, c'est ce soir que son âme doit être conduite en enfers...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Le personnage de John Constantine est apparu pour la première fois dans la série Swamp thing sous la plume d'Alan Moore. Depuis, il est devenu le héros de sa propre série Hellblazer dès 1988. De nombreux auteurs talentueux ont narré les aventures de ce personnage désabusé, à l'imperméable usé, la clope au bec et à la consommation d'alcool assez élevée. Après plusieurs années à concocter des récits chez le magazine anglais 2000 A.D., Garth Ennis est arrivé sur le titre en 1991. Le scénariste irlandais, dont c'est le premier récit pour un éditeur américain, ne perd pas de temps avec Constantine et dès les premières pages, on apprend qu'il va mourir ! L'ambiance est lourde, la narration incroyablement maîtrisée et le ton assez irrévérencieux. Rien de surprenant quand on a pu lire ses autres titres comme Preacher ou The Boys. L'aspect fantastique de la série est moins présent pendant une bonne partie de l'album mais intervient toujours à point nommé pour compenser avec le sordide de la maladie de John. Le paradoxe est total puisque le sorcier capitule devant un mal humain alors qu'il affronte des démons très puissants au quotidien. La personnalité du héros est bien travaillée et sa déchéance est saisissante. Les idées d'Ennis font mouche et se sont révélées être une source d'inspiration pour les créateurs du film Constantine (avec Keanu Reeves) qui évoque à plusieurs moments des passages de ce comics. Datant du début des années 90, il arrive couramment que les dessins ne soient pas au niveau du récit. Là, William Simpson (sur la quasi-totalité de l'ouvrage) et Steve Dillon (sur le dernier épisode) se débrouillent très bien. Le trait réaliste du premier apporte une touche roman graphique agréable et les planches du second sont très correctes. La colorisation est typiquement d'époque : vintage ! Heureusement, les lecteurs échapperont aux couleurs criardes, les coloristes ayant choisi un panel de teintes assez restreintes et parfois même très contemporaines. Fans de Garth Ennis, cet album est d'ores et déjà un indispensable pour vous. Les amateurs d'Hellblazer devront l'avoir. Et vous aussi, sous peine de vous faire jeter un sort !

voir la fiche officielle ISBN 9782809420432