parution 12 août 2020  éditeur Panini Comics  collection 100 % Marvel
 Public ado / adulte  Thème Policier, Aventure - Action, Thriller Super-héros

Punisher : Soviet

Voir le Punisher rayer de la carte les pires raclures, c'est classique. C'est même son ADN. Quand c'est Garth Ennis qui écrit, le comics devient un classique et cela se vérifie une nouvelle fois avec cette aventure singulière puisqu'il évolue en binôme !


Punisher : Soviet, comics chez Panini Comics de Ennis, Ortego, Burrows, Woodard, Rivera
  • Notre note Blue Star Blue Star Blue Star Blue Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Blue Star Blue Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Blue Star Blue Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Panini Comics édition 2020

L'histoire :

New- York. Dans une planque qui appartient à Prochenko, un maffieux russe qui n'a cessé de prendre de l'importance, tout simplement parce qu'il a fait des tas de merdes que les autres ne faisaient pas. C'est comme ça qu'il a fini par bouffer un paquet de terrain aux italiens, aux dominicains et tutti quanti... Frank Castle lui présente des additions depuis cinq ans. Aller dégommer une dizaine de ses hommes à Moscou n'a pas été un problème, pas plus qu'à Vladivostok, d'ailleurs. Mais le truc, c'était surtout de couler un de ses navires, à Sovetskaïa. Traverser le Pacifique pour rayer de la carte d'Amérique centrale son principal fournisseur, tombé d'un transporteur à 30 000 pieds d'altitude, ne fut pas non plus un souci. Mais le truc, c'était de cramer par la même occasion une demie-tonne de coke... Cinq ans à lui pourrir son business. Alors Prochenko blanchit depuis son sale fric à vitesse grand V. Ça sent le mec qui va se retirer des affaires, avec trois fils élevés comme des pitbulls pour prendre sa relève. Mais ça ne marche pas comme ça avec le Punisher. Le voici donc entouré de cinq cadavres russes. Du boulot propre. Un seul type de munitions. Calibre 7.62. La plupart des balles ont atteint leur but. Une rafale pour allonger les cibles, une plus courte pour celui qui s'enfuit et on finit par la tête. Mais le truc, c'est que cette fois-ci, Castle arrive un peu tard : ce n'est pas lui qui a nettoyé le secteur...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Bien des fans vous diront que le Punisher n'est jamais aussi puissant que lorsque c'est Garth Ennis qui en écrit le scénario. On ne va pas passer en revue la troupe des récits monstrueux qu'il a signés, mais l'auteur irlandais nous avait laissés en 2017 avec The Platoon, dessiné par l'immense Goran Parlov. Le voici de retour aux manettes, pour une nouvelle aventure mémorable. Alors comme le titre et la couverture sont explicites, on ne trahira rien du fait que le plus implacable des justiciers de Marvel va, cette fois-ci, être accompagné d'un autre tueur pro. Et comme Garth Ennis excelle dans la psychologie des personnages qu'il invente, c'est un peu son pendant soviétique que Frank Castle rencontre. Et là, vous vous dites qu'il s'agit donc d'un ex soldat et vous avez mis en plein dans la cible. Alors même si le terme ne figure pas dans les six chapitres qui composent cette mini-série, c'est bien un Spetsnaz qui va faire cause commune avec notre ex Marine. Et entre deux traumatisés, l'un par l’Afghanistan, l'autre par le Vietnam, ça va coller comme le napalm à la peau, parce que tous deux ont une soif inextinguible de vengeance ! Impossible de passer sous silencieux le fait que Garth Ennis et Jacen Burrows se retrouvent en terrain connu, puisque les deux avaient signé l'excellent 303, qui se situe dans les zones de combat des Moudjas... Donc autant vous dire que l'action est omniprésente, qu'on ne compte pas le nombre de types qui se font exploser le buffet (et bien pire encore) et comme toujours, à la fin, c'est le Punisher qui ramasse les morceaux. Jacen Burrows exécute donc lui aussi sa mission à la façon du personnage qu'il met en image : c'est net et sans bavure. Il bénéficie de l'encrage de Guillermo Ortego et des couleurs de Nolan Woodard, tous deux s'avérant aussi précis que des snipers. Voilà, on connait la formule de ce Punisher et c'est bien pour ça qu'on y est tant attaché, même si c'est ultra-violent car Garth Ennis ne cesse d'alimenter le fantasme que symbolise le tueur au t-shirt à la tête de mort : buter la pire lie de l'humanité que sont les puissants corrompus. C'est d'une brutalité folle, mais toujours aussi jouissif. Proschay, tovarich Stepanovich !

voir la fiche officielle ISBN 9782809491043