parution 15 janvier 2020  éditeur Glénat  collection Glénat Seinen
 Public ado / adulte  Thème Aventure - Action, Science - fiction Seinen

Ashman, Edition originale

Snev, motorballer, se crashe à chaque course à cause d’hallucinations dues à un traumatisme. Sa vie bascule quand une drogue est testée sur lui à son insu et que son amie est assassinée. Un classique de la SF, dans l’univers de Gunnm.


Ashman, Edition originale, manga chez Glénat de Kishiro
  • Notre note Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

L'histoire :

Snev est un motorballer. Il s’élance à plusieurs centaines de kilomètres à l’heure sur la piste de course devant des fans déchainés avides de violence. Malgré son talent pour ce sport cybernétisé lorsqu’il a été sélectionné pour devenir coureur, Snev n’a depuis terminé aucune course et se crashe systématiquement. A chaque fois, une hallucination le saisit : il s’imagine voir un coureur 100% humain débouler sur la piste, qui le déconcentre et l’envoie dans le décor. Heureusement, même si son corps cybernétique termine en miettes, sa tête n’est jamais endommagée. Mais cette fois, on lui annonce qu’il est viré de l’équipe. Le mécanicien lui apprend alors que ses hallucinations viennent de son tout premier crash dont il a occulté le souvenir, lorsqu’il a explosé en bouillie un humain qui s’était réellement introduit sur la piste et qu’il a percuté de plein fouet à 300 km/h. Beretta, une prostituée amie avec Snev, lui prédit pourtant qu’il remontra sur la piste et qu’il gagnera enfin une course. Et en effet, quelques jours plus tard, son écurie le rappelle : les fans des machines de simulation reliées en direct à la vue des coureurs l’ont sollicité car ils sont accros à la sensation de crash et adorent donc Snev. Il se voit donc réembauché, mais avec pour instructions de se crasher dans la prochaine course. Dans le même temps, l’amie de Snev est sauvagement assassinée…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Quelques temps après avoir mis fin à Gunnm plus rapidement que prévu suite à un accident de moto, Yukito Kishiro, désireux de répondre à l’engouement des lecteurs pour la période motorball de la série, sort un one-shot se déroulant dans le même univers et dédié à ce sport. Déjà édité en France en 1999 en grand format, puis réédité en 2009 en version plus petite, Ashman jouit d’un succès d’estime chez les fans français de l’auteur tout en restant relativement confidentiel pour le reste du lectorat. De nouveaux 10 ans plus tard, la venue du mangaka en France au 47e Festival international de la BD d’Angoulême donne l’occasion à Glénat de nous proposer cette 3e édition dotée d’une couverture inédite. Si elle n’apporte rien de plus, elle a donc le mérite de remettre cette œuvre au catalogue et dans les rayonnages des libraires. Probablement fort inspirés du Sin city de Franck Miller (on y sent aussi une influence du style de Taiyô Matsumoto), les graphismes sont assez différents de ce que proposait le mangaka à la fin de Gunnm, tout en gardant sa patte reconnaissable. Les planches proposent ainsi des visuels où le contraste du noir et du blanc est poussé à l’extrême, ne laissant que très peu (voire aucune la plupart du temps) de place au gris d’un tramage réduit à quelques touches très disparates, et où l’on peut également noter quelques effets réalisés au pinceau plutôt qu’à la plume. Le résultat est saisissant et colle parfaitement à l’ambiance violente de l’univers décrit. Côté scénario, si le déroulement de l’histoire est très classique et finalement très rapide (le livre ne fait que dans les 130 pages), on reste néanmoins absorbé tout du long. Pourtant, si ce récit semble avoir été créé en pensant aux fans du motorball, on constate qu’il n’y a finalement pas tant de passages que cela dédiés à la course. C’est peut-être le seul vrai bémol à déplorer. Pour autant, tous les autres aspects du scénario sont très intéressants : business autour du motorball et ses répercussions (trucages, drogue...), traumatisme du héros, violence omniprésente tout autour de lui... En bref, Ashman est au même titre que Gunnm un classique de la SF en manga, et devrait faire partie de toute bonne mangathèque !

voir la fiche officielle ISBN 9782344041413