parution 28 octobre 2010  éditeur IMHO  Public ado / adulte  Thème Humour, Fantastique - Etrange Seinen

Intermezzo T5

Encore une fois, plongez dans l'espace surréaliste d'Intermezzo, 3ème porte à gauche juste avant la 4ème dimension ! Un très bon volet qui évite les erreurs du passé et rend la série un peu plus accessible.


 Intermezzo T5, manga chez IMHO de Tori
  • Notre note Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Red Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©IMHO édition 2010

L'histoire :

La vie du héros le plus imperturbable de la bande dessinée est toujours aussi étrange et mouvementée. Phagocyté par les feuilles mortes de l’automne, le voilà transformé en homme buisson. Il va falloir rentrer sans se faire remarquer... Puis, à l’occasion d’une balade hivernale, il découvre que les sapins de Noël sont des endroits adéquats pour attacher des talismans... et ce ne sont pas les vampires qui le contrediront. Quelle surprise : de la boîte de mouchoirs en papier sort une main qui cherche... un mouchoir en papier ! Observant des tornades qui se rejoignent, il ne sait pas que celles-ci sont en fait des gens comme les autres qui se retrouvent le soir autour un bon dîner. Transformé en mangaka, le voilà en manque d’inspiration. Il va alors se recueillir devant un monument à la gloire du plus grand d’entre eux et y retrouve de nombreux autres auteurs en errance. Une petite prière de groupe au dieu du manga et hop : les voilà intarissables ! Ce soir, en rentrant d’une rude journée de travail, il s’étonne de trouver un œuf sur sa table, œuf qui donnera naissance le lendemain matin à... un bébé table ! De nouveau l’automne : les grenouilles réapparaissent, les écureuils sortent des trous des arbres, et des rayons de sa librairie sort un gros lecteur qui s’était endormi...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Alors qu’on croyait la série terminée, voilà qu’apparaît un cinquième opus et, il faut l’avouer, c’est plutôt une bonne surprise. Comme d’habitude, le mangaka donne dans l’absurde le plus total et, quelquefois, se joue des codes habituels de la bande dessinée en transcendant les 2 dimensions qui lui sont allouées. L’humour et les situations improbables, la plupart du temps surréalistes même, font mouche dans un style qu’apprécieront ceux dont les références sont entre autres les Monty Python ou encore What’s Mickael !? (et pour les plus modernes, ce genre d’humour fait rage en webcomics, à l’image de ce qu’on peut trouver par exemple sur lapin.org). Ce sont donc plus de 80 nouvelles scénettes qui attendent le lecteur prêt à plonger dans le monde de Tori Miki, toujours sur le modèle d’un gag manga muet au format strip de 3*3 cases et coloré en nuances de rouge. Avec un héros qui redéfinie à lui seul le sens du mot stoïque (et n’est pas parfois sans rappeler Droopy), le mangaka arrive pourtant à nous faire ressentir la moindre de ses émotions (presque toujours de la consternation devant le manque de chance ou l’improbabilité de ce qui lui arrive d’ailleurs) juste avec ses poses ou le mouvement de ses yeux, ce qui montre bien toute la maîtrise de son art. Plus facilement accessible que les volumes précédents, celui-ci ne présente pas cette fois de référence obscure, trop japonaise pour être saisie par un lecteur non-initié, mais possède aussi moins (voire presque aucune) des séquences « poétiques » ou purement fantastiques (sans gag à la clé, s’entend) qui ont parfois peuplé les opus précédents. Pourtant, même si l’habitué regrettera ce dernier point, cela rend là encore les histoires plus accessibles, ce qui était vraiment l’un des points faibles jusqu’ici, et fait finalement de ce dernier volet le meilleur d’entre tous pour par exemple faire découvrir la série à un néophyte. Avec un trait qui s’est un peu amélioré depuis ses débuts et qui sait se montrer innovant, et un humour qu’on ne trouve nulle part ailleurs, Intermezzo, avec ce tome, confirme son statut d’œuvre à part mais néanmoins indispensable.

voir la fiche officielle ISBN 9782915517576