parution 13 septembre 2018  éditeur Gallimard  Public ado / adulte  Thème Policier, Humour

C'est pas du polar... mais ça craint quand même

Rien ne va plus pour la Jacotte ! L'ex-femme de Jean-Paul est en pleine dépression depuis que les Enquêtes du commissaire Grosjules ont été abandonnées par son auteur Gaston Sidérac. Comment faire pour qu'il retrouve l'inspiration ?


C'est pas du polar... mais ça craint quand même, bd chez Gallimard de Heitz
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Gallimard édition 2018

L'histoire :

Fin août, Jean-Paul cueille des mirabelles dans son immense verger pour réaliser une gnôle dont il a le secret. Il est interrompu dans son travail par Philippe, journaliste à l'Est Républicain. Ce dernier vient le voir car Jacotte, sa femme, est en pleine dépression, depuis que Gaston Sidérac a choisi d'arrêter les enquêtes du commissaire Grosjules. Il s'avère aussi que Jacotte est l'ex-femme de Jean-Paul. Après avoir lu une bonne partie des enquêtes de Grosjules, Jean-Paul propose à Philippe de venir faire un tour à Paris, car il doit interviewer Jean Gadin, celui qui incarne le commissaire Grosjules à l'écran. Arrivés dans la Capitale, ils se rendent dans l'appartement de Jean Gadin et Jean-Paul se retrouve enfermé à l'intérieur, sans savoir pourquoi. Le lendemain matin, Philippe revient avec Jean Gadin pour lui expliquer son plan pour sortir Sidérac de sa retraite : il souhaite que Jacotte écrive des lettres à Sidérac...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Après J'ai pas tué De Gaulle, mais ça a bien failli ou C'est pas du Van Gogh, mais ça aurait pu, Bruno Heitz prend les mêmes ingrédients et récidive avec un titre improbable : C'est pas du polar... mais ça craint quand même. L'absurde règne en maître dans ce vaudeville parodique, qui rend hommage à San Antonio et Georges Simenon. Excusez du peu ! Or, rapidement, l'ouvrage qui baigne dans l'absurde, se délite dans son récit. Avec cette intrigue quelque peu décousue, Bruno Heitz peine à convaincre. Tant et si bien que l'ennui gagne. Côté dessin, malgré des personnages hauts en couleurs et totalement décalés dans leur représentation, Bruno Heitz n'arrive pas à sauver cette réflexion sur le métier d'écrivain. Dommage que ce nouvel opus ne soit pas à la hauteur des bonnes intentions entrevues dans les précédents albums de la saga, enclenchée avec J'ai pas volé Pétain, mais presque...

voir la fiche officielle ISBN 9782075110075